Accueil » Actualité » Buzz : Google revoit les paramètres de confidentialité

Buzz : Google revoit les paramètres de confidentialité

Image 1 : Buzz : Google revoit les paramètres de confidentialitéLancé il y a deux jours, Google Buzz n’a pas tardé à poser des problèmes de confidentialité. Le nouveau réseau social basé sur Gmail ajoute automatiquement les contacts les plus utilisés.

Des utilisateurs pris au dépourvu

Google explique que certains utilisateurs « estiment qu’il ont trop peu de contrôle sur qui peut les suivre et sont troublés parce qu’ils ne peuvent pas bloquer les gens qui ne disposent pas encore de profil public. »

Rappelons que Google Buzz ne nécessite aucune configuration. Ainsi, beaucoup acceptent de l’utiliser tel quel en un clic. Détail de taille, si le nouveau Buzzer ne modifie pas ses paramètres, il ouvre ses informations au Web entier, comme les personnes avec lesquelles il converse régulièrement. Pour pallier cette gêne, il suffit de décocher l’option « Afficher la liste des personnes pour lesquelles je suis abonné et celles qui sont abonnées à mes mises à jour. »

Des mises à jour rapides

De nombreux utilisateurs s’étant plaint de la difficulté de trouver cette option, Google a décidé de la rendre plus visible en l’affichant sur la page de profil en gras et toujours dans les paramètres.

De plus, il est désormais possible de bloquer n’importe quel « follower » indépendamment de sa création de profil. Une autre nouvelle fonctionnalité permet d’ailleurs de diviser en deux blocs ceux qui sont inscrits sur Google Buzz des autres.

En ayant pris en compte rapidement les avis des internautes, Google joue la carte de la transparence. La firme de Mountain View déclare sur son blog Gmail : « nous avons une longue liste d’améliorations encore à faire. Nous attendons avec impatience plus de suggestions et nous continuerons à améliorer l’expérience de Buzz avec transparence. »

Google Buzz compte déjà plus de 9 millions de posts et commentaires ainsi que 200 messages par minute à partir de téléphones mobiles.