Accueil » Actualité » Ça chauffe pour les DRM

Ça chauffe pour les DRM

Des CD moins chers, de la musique sans DRM qui se vend mieux, un directeur de la FNAC qui conspue les protections numériques et le premier logiciel de crack de HD-DVD sont autant de signes annonciateurs du déclin de cette technologie.

La tête coupée du corps…

Denis Olivennes, PDG de la Fnac, annonce la couleur. Pour lui « Les verrous numériques sont une incitation au piratage » et les statistiques de ses magasins ont montré que « les gens achètent deux fois plus de musique en ligne si elle est sans DRM ! » Un verdict sans appel qui nous vient du sommet d’un des plus grands distributeurs de musique français et confirme une tendance de rejet qui se dessine de plus en plus nettement.

… Qui continue de marcher

Car si les majors continuent leur haro sur le piratage, un des messages du consommateur, celui du trop fort prix de vente des oeuvres, semble avoir été en partie pris en compte. Une exemple avec les 25 albums les plus vendus sur Amazon.com, dont plus de la moitié affiche une étiquette de moins de 10 euros. La vente de musique en ligne, notamment le phénomène iTunes, ainsi que le piratage, mettent une certaine pression sur les maisons de disque.

Mais les DRM ne sont pas encore morts, et l’arrivée de vista, quelle que soit l’opinion qu’affiche son papa, confirme que l’implémentation de ces systèmes reste une idée tenace dans la tête des décideurs. Cependant, les réguliers pieds de nez des crackers, tel la création du logiciel AnyDVD HD juste après le découverte d’une méthode générique de contournement, finira peut-être un jour ou l’autre par avoir raison de cet entêtement.