Accueil » Test » Canon EOS 6D : le test du boîtier expert plein format

Canon EOS 6D : le test du boîtier expert plein format

1 : La réponse au D600 2 : Une bonne construction « expert » malgré quelques manques 4 : Des performances mécaniques de bon niveau 5 : Un très bon niveau de qualité d’image 6 : Nouvelles fonctions Wifi et GPS 7 : Le point vidéo 8 : Bilan

Une ergonomie claire et bien pensée

Comme souvent sur les boitiers reflex de Canon, l’ergonomie générale est très bien pensée et le maniement du boitier est aisé. Comme sur le 5D Mk III, l’interrupteurde mise en route est situé en haut à gauche de la face arrière, sous la traditionnelle molette de sélection du mode de prise de vue.

Pour le reste, on retrouve globalement l’ergonomie classique de la marque : les réglages de vitesses d’obturation et d’ouverture s’effectuent via la molette, placée à proximité du déclencheur, et la traditionnelle roue arrière. Les touches menus et info sont positionnées à gauche, au-dessus de l’écran arrière. On retrouve également le bouton lock de blocage de la modification de réglage de la roue arrière et une touche Q permettant d’accéder aux paramètres affichés sur l’écran arrière.

Image 1 : Canon EOS 6D : le test du boîtier expert plein format

Petite nouveauté, le joystick présent dans les gammes 5D et 7D a disparu au profit d’un pad situé dans la roue arrière autour de la touche set. De même, dans un souci de simplicité, les boutons situés sur le dessus de l’appareil proche de l’écran lumineux affichant les principaux réglages permettent d’accéder chacun à un paramètre (AF, cadence, sensibilité et mode de mesure de l’exposition). On regrette grandement au passage la perte de l’accès direct à la balance des blancs.

 Image 2 : Canon EOS 6D : le test du boîtier expert plein format

L’écran arrière de 3 pouces (7,6 cm) de diagonale est composé de 1 040 000 points (soit un peu plus de 346 000 pixels). Il n’est ni orientable (dommage pour la vidéo) ni tactile. Il permet d’accéder aux menus qui reprennent également la très bonne organisation classique des boitiers reflex de la marque depuis maintenant plusieurs années : un code couleur correspond à chaque famille de paramètres (prise de vue, lecture, configuration générale et paramètres personnalisés) et les menus ne sont pas déroulants, ce qui permet de se repérer rapidement.

Nouveauté dans la gamme plein format : les modes scènes et CA (automatique qui permet de jouer uniquement sur la profondeur de champ) font leur apparition, preuve de l’orientation plutôt grand public du 6D.

Sommaire :

  1. La réponse au D600
  2. Une bonne construction « expert » malgré quelques manques
  3. Une ergonomie claire et bien pensée
  4. Des performances mécaniques de bon niveau
  5. Un très bon niveau de qualité d’image
  6. Nouvelles fonctions Wifi et GPS
  7. Le point vidéo
  8. Bilan