Ce datacenter norvégien est l’endroit le plus sûr pour sauvegarder ses données

Situé à 1000 kilomètres du pôle Nord, l’archipel norvégien Svalbard accueille désormais un autre bunker à côté de la Réserve mondiale de semences Global Seed Vault. Il s’agit du World Arctic Archive qui a ouvert officiellement ses portes le 27 mars. Construite à l’intérieur d’une mine de charbon abandonnée, la structure est conçue pour résister aux attaques nucléaires et aux catastrophes naturelles. Elle renfermera des données numériques d’une importance capitale pour l’humanité.

La gestion du site a été confiée à une entreprise norvégienne appelée Piql. En plus d’une sauvegarde sur des serveurs numériques, elle convertit également les données en un film analogique photosensible. Ce type de support devrait durer entre 500 et 1000 ans contrairement aux systèmes de stockage actuels. Dans le cas où la terre subirait un profond bouleversement, les générations futures pourront ainsi accéder aux informations les plus importantes. Mais il existe également une utilisation pratique dans le court terme. Piql s’engage à garantir la sécurité des données sensibles des gouvernements, car les supports analogiques sont à l’abri de tout type de piratage.

La société norvégienne a déjà reçu des demandes du Mexique et du Brésil. Si le voisin des États-Unis a envoyé des documents datant de la période inca, le géant d’Amérique latine a confié des documents plus récents comme la Constitution brésilienne.

> > >  Lire aussi Maradona menace Konami pour avoir utilisé son visage sans son accord