Accueil » Dossier » CES de Las Vegas : ce qu’il faut en retenir

CES de Las Vegas : ce qu’il faut en retenir

Image 1 : CES de Las Vegas : ce qu'il faut en retenir

CES 2013, le bilan

Au terme d’une semaine intense de nouveautés high-tech, un constat s’impose, implacable : l’édition 2013 du CES ne restera pas dans les annales du salon.

Pas de révolution technologique, peu de produits réellement innovants et aucune annonce fracassante. Le constat pourrait s’arrêter là, sans appel. Et pourtant, dans ce marasme apparent il existe quelques bonnes raisons d’espérer. Nous avons sélectionné pour vous les 10 moments clés du CES entre annonces, déceptions et autres surprises du salon.

Voici le bilan du Consumer Electric Show 2013 de Las Vegas !

Et pour retrouver toute l’actualité du salon high tech, rien de mieux que notre page spéciale CES 2013

Image 2 : CES de Las Vegas : ce qu'il faut en retenir

Le coup de cœur : Nvidia Shield

Nvidia est sans doute l’un de seul constructeur présent au CES 2013 a avoir crée la surprise lors de sa conférence. Le Shield ressemble en tout point à une console : une manette proche de celle d’une Xbox 360, un écran 5 pouces tactile, des composants de hautes volées (Tegra 4) … Et pourtant, Nvidia parle plutôt d’une plateforme ouverte. Fonctionnant sous Android Jelly Bean (4.1), le Shield n’aura pas de jeu dédié, mais il est en mesure de lancer n’importe quelle application Android. Le contenu sera donc le même que celui des smartphones ou tablettes équipés de la puce Tegra 4 … à la différence qu’en plus d’offrir une manette facilitant la jouabilité, le Shield permet de jouer sur l’écran de la TV, grâce à son port HDMI, n’importe quel jeu de son PC (via Steam ou non). Nous sommes impatients de le voir arriver sur le marché !

Image 3 : CES de Las Vegas : ce qu'il faut en retenir

Le meilleur design : Samsung UHD S9

Certes, le Samsung UHD S9 ne risque pas de se retrouver dans de nombreux salons. Sa taille (84 pouces au minimum et jusqu’à 110 pouces pour la version XXL) est un premier frein. Son prix l’est tout autant (30 000 euros pour le modeste 84 pouces, et un tarif sensiblement plus élevé pour le 110 pouces). Mais ce qui reste une fois la taille et le prix évoqués, c’est ce design absolument unique, emprunté au tableau de professeurs et qui donne à l’écran de Samsung la sensation de flotter en l’air ou de reposer sur une balançoire. Le résultat est réellement impressionnant, faisant du UHD S9 un écran vraiment à part.

Toute l’actualité du CES sur notre page dédiée

Image 4 : CES de Las Vegas : ce qu'il faut en retenir

La grande tendance : smart house


En marge des TV, casques audio et autres ultrabooks annoncés au CES, une tendance de fond s’est propagée dans les allées du salon. Du stand LG à celui de Samsung le concept de « Smart Home » était sur toutes les bouches. La smart home ou maison intelligente (et donc connectée) c’est la vision, un peu futuriste des appareils électroménagers et de leurs fonctionnalités les plus innovantes. Les deux constructeurs coréens ont d’ailleurs annoncé des produits assez proches. Un exemple : le frigidaire qui scanne l’ensemble des aliments qu’il contient, surveille leur date de péremption et propose même des recettes pour les utiliser en lançant le préchauffage du four à distance lorsqu’il faut préparer le repas. Pour LG comme pour Samsung, tous ces appareils électroménagers devront un jour communiquer entre eux, être pilotables à distance via une application sur son Smartphone et même s’auto diagnostiquer pour prévenir les pannes éventuelles. La bonne nouvelle c’est que ces technologies ne sont plus si loin de devenir réalité. Les Etats-Unis pourront en profiter dès cette année et si la mayonnaise prend, l’Europe pourrait suivre.

Image 5 : CES de Las Vegas : ce qu'il faut en retenir

Le fantôme du CES : Panasonic


Panasonic était le deuxième constructeur à présenter ses annonces à la veille de l’ouverture officielle du salon. C’est aussi le premier à s’être fait oublier tant sa conférence aura été calme. Pas d’annonce majeure, aucune prise de risque, bref un simple renouvellement de sa gamme de TV. Malheureusement, ce ne sont pas 32 nouveaux téléviseurs (16 plasma et 16 LED) qui vont arriver à masquer le vide des annonces du constructeur nippon. A moins que… on vous a parlé du dernier sèche-cheveux de Panasonic présenté en grandes pompes au CES ?

Image 6 : CES de Las Vegas : ce qu'il faut en retenir

La bête du salon : Gorilla Glass

C’est une nouveauté que l’on ne pouvait pas rater. Corning a bien mis en avant sa nouvelle version de son verre ultrarésistant en déployant une large campagne de publicité sur le salon. Si la seconde version du Gorilla Glass n’apportait qu’un peu plus de finesse, le Gorilla Glass 3 promet d’être trois fois plus solide que son prédécesseur. Pour prouver ses dires, Corning le soumettait sur son stand à des tests de résistance en faisant tomber une bille en métal de 130 grammes sur sa surface ou encore ne effectuant une pression de 45 kg par cm² dessus. L’écran n’a pas bronché. Il devrait être utilisé dans les prochaines générations de smartphones et tablettes.

Image 7 : CES de Las Vegas : ce qu'il faut en retenir

La grande surprise : l’OLED incurvé

Lors de ce CES, Samsung et LG ont joué au chat et à la souris. Les deux constructeurs coréens ont concentré l’essentiel de leurs annonces sur les écrans ultra HD et l’OLED, comme prévu. Ce qui était moins prévisible en revanche, c’est que les frères ennemis préparaient la même surprise au même moment.

Au lendemain de leurs conférences successives, pour l’ouverture effective du salon Samsung et LG ont dévoilé sur leurs stands respectifs un écran OLED incurvé de 55 pouces. Dans les deux camps la surprise, même au sein des équipes, était presque totale tant le secret avait été bien gardé. Deux leçons à retenir de cette anecdote : la démonstration de force sur l’OLED aura été double. Surtout, l’espionnage industriel en Corée fonctionne parfaitement.

Image 8 : CES de Las Vegas : ce qu'il faut en retenir

L’objet le plus intriguant : Parrot Flower Power

Prendre soin des milliers de plantes à travers le monde, voilà le pari de Parrot avec le Power Flower. Ce simple petit bâton de plastique est en réalité bardé de capteurs, capable de mesurer la fréquence d’arrosage, la qualité de l’engrais ou la quantité de soleil dont profite la plante. Ce gadget rend accessible à n’importe qui le jardinage, sans effort et de manière ludique, grâce à une application simple et intuitive. Disponible dans le courant de l’année, elle devrait ravir autant ceux qui ont la main verte, que les moins experts.

Image 9 : CES de Las Vegas : ce qu'il faut en retenir

Le coup de jeune : LEGO Mindstorms EV3

Le Mindstorms EV3, c’est son nom, est un objet bien atypique. Sa marque également n’est pas habituée au CES : il s’agit de LEGO. Le constructeur de petites briques danoises lance cette année une nouvelle version de son robot à briques programmables intelligentes. Sorti pour la première fois en 1998, ce kit a su évoluer et s’accorder avec son temps. Aujourd’hui, il s’adapte au marché grandissant des tablettes et smartphones en offrant une compatibilité Android et iOS. En ajoutant qu’il est désormais sous Linux, ce robot devient programmable à l’infini directement depuis son appareil mobile. Une petite révolution qui va ravir petits et grands pour 349 euros.

Image 10 : CES de Las Vegas : ce qu'il faut en retenir

Le sportif du salon : Fitbit Flex

Dans ses larges travées, le CES n’a pas fait l’impasse sur un coin « Fitness ». Et s’il est un acteur qui s’est fait remarquer parmi les pensionnaires de l’espace sportif, c’est bien Fitbit. Le spécialiste des gadgets de mesure de performance a décidé de s’attaquer à Nike en sortant un bracelet concurrent du FuelBand. Véritable accessoire de mode coloré, le Flex de Fitbit permet de mesurer les calories brulées, la distance parcourue et le nombre de pas effectués. A moins de 100 euros, il pourrait s’imposer auprès des technophiles sportifs.

Image 11 : CES de Las Vegas : ce qu'il faut en retenir

Le concept le plus immersif : Microsoft

Illumiroom, c’est le concept fou de Microsoft. Apparu avec la découverte d’un brevet sur Internet en septembre dernier, cette nouvelle technologie a été officiellement dévoilée lors du CES. Il s’agit en réalité d’un système de jeu permettant d’élargir l’affichage de la console en dehors du téléviseur. La pièce tout entière devient alors le décor. Pour ce faire, Microsoft utilise Kinect et un vidéoprojecteur. Une fois scannée, la pièce peut soit ajouter des éléments d’immersion ou tout simplement revêtir les graphismes du jeu. De quoi plonger le joueur au cœur de l’action. Ce projet n’est encore qu’un prototype. Néanmoins, Microsoft a annoncé qu’il en parlerait plus longuement lors d’une conférence dédiée en avril prochain.