Accueil » Actualité » Ces FAI qui aident les pirates

Ces FAI qui aident les pirates

Image 1 : Ces FAI qui aident les pirates

À l’heure d’Hadopi en France, des filtrages en tout genre et de la condamnation en Suède des créateurs de The Pirate Bay, certains FAI font de la rébellion et proposent à leurs abonnés des services qui pourraient bien faire le bonheur des « téléchargeurs » de tout poil.

BitTorrent accéléré en Israël

Le premier exemple (rapporté par Numerama) vient d’Israël, où le fournisseur d’accès Bezeq redirige les requêtes BitTorrent de ses abonnés vers possesseurs de ce même fichier sur son réseau. Si par exemple un utilisateur recherche un fichier populaire, Bezeq redirigera la demande des serveurs situés aux Pays-Bas.

Ces derniers placeront dans le fichier .torrent original un « tracker » supplémentaire acceptant seulement les connexions des clients de Bezeq. Un très bon moyen pour garder le trafic BitTorrent au sein de son réseau et ainsi économiser la bande passante longue distance. Avantage pour les abonnés, les téléchargements sont bien plus rapides que par la voie traditionnelle.

Destruction des données en Suède

Image 2 : Ces FAI qui aident les piratesLe second exemple cité par Électron Libre, ne s’apparente pas à de l’optimisation de fonctionnement de réseau, mais presque à une rébellion. Le FAI suédois Bahnhof n’est pas vraiment d’accord avec la nouvelle réglementation entrée en vigueur le premier avril dans son pays et que l’on pourrait rapprocher de celle qu’imposera la loi Création et Internet en France.

Pour ne pas avoir à fournir les identités des abonnés cachés derrière ses IP, le fournisseur d’accès choisit tout simplement de détruire toutes les informations de connexion de ses abonnés. Pour autant le FAI n’est pas hors la loi puisque la nouvelle législation suédoise inspirée de la directive européenne IPRED (Intellectual Property Rights Enforcement Directive) l’autorise à conserver les données, mais ne l’y oblige pas. Verra-t-on aussi en France Free ou Orange trouver une faille une fois la loi Hadopi votée pour préserver ses internautes adèptes du téléchargement illégal ?

  • L’Europe ne sauvera pas les pirates d’Hadopi