Accueil » Actualité » Cet algorithme retire l’eau des photos sous-marines

Cet algorithme retire l’eau des photos sous-marines

Derya Akkaynak, océanographe et ingénieure, a développé un algorithme qui corrige la distorsion chromatique liée à l’eau sur les photos sous-marines. Cela donne l’impression qu’elles ont été réalisées sur la terre ferme.

Le brillant travail de l’océanographe Derya Akkaynak donne des images relativement irréelles. Des photos sous-marines qui n’ont plus ce teint bleu ou vert, mais des couleurs vives. Elle présente son algorithme et ses résultats en vidéo.

Image 1 : Cet algorithme retire l’eau des photos sous-marines

Par la nature même de l’eau, particulièrement l’absorption des différentes longueurs d’onde de la lumière du soleil en fonction de la profondeur, il est normal de voir des photos sous-marines avec un teint bleu ou vert. Le rouge est le premier à disparaitre. Mais Derya Akkaynak et Tali Treibitz ont réalisé en 4 ans un algorithme qui va redonner aux éléments pris en photo leurs vraies couleurs.

L’algorithme « Sea -thru », jeu de mots entre see = voir et sea = la mer, va chercher à retrouver les couleurs que devraient avoir les sujets pris en photos, comme des coraux par exemple, s’ils n’étaient pas affectés par la disparition des couleurs chaudes à cause de la profondeur, et ce sans apport de lumière extérieure, ni utilisation de matériel spécifique. Un simple boitier étanche suffit, comme celui retrouvé 2 ans après toujours fonctionnel. Cela donne l’impression que les photos ont été prises hors de l’eau, ou que celle-ci a simplement disparu.

Pour cela, elle a pris plus de 1000 photos du fond marin en prenant soin de disposer un nuancier. Elle les a utilisées ensuite comme modèles pour créer un puissant modèle mathématique qu’elle voit comme un premier pas vers l’utilisation de l’intelligence artificielle en biologie marine. Le résultat, en plus d’être bluffant, est également plus naturel que les solutions actuelles qui souvent modifient la salutation et/ou le contraste et par conséquent dénaturent l’image d’origine. Son but est d’aider les biologistes à obtenir les vraies couleurs, par exemple s’ils voulaient étudier ces poulpes capables de bâtir des villes.

Source : ScientificAmerican