Accueil » Actualité » Cette IA peut prédire si un patient va mourir d’une maladie cardiovasculaire

Cette IA peut prédire si un patient va mourir d’une maladie cardiovasculaire

Des chercheurs du MIT ont développé un système d’intelligence artificielle capable d’évaluer les risques de mourir d’un problème cardiovasculaire. Baptisé « RiskCardio », cette invention pourrait bien révolutionner le traitement de ce type de maladies.

Image 1 : Cette IA peut prédire si un patient va mourir d’une maladie cardiovasculaire

L’idée semble tirée d’un film de science-fiction, mais elle est pourtant bien réelle. RiskCardio, un système d’intelligence artificielle, est en mesure d’évaluer les risques qu’un individu a de mourir d’une maladie cardiovasculaire.

Des prédictions allant de 30 jours à un an

À l’aide d’un simple électrocardiogramme de 15 minutes, RiskCardio analyse le rythme des battements cardiaques. Le système mesure le degré de variabilité des battements du coeur. Plus celui-ci est élevé, plus le patient a de risque de mourir d’un problème de cœur.

Les chercheurs ont formé l’algorithme en lui apprenant à distinguer l’activité cardiaque d’une personne « normale » d’un patient mourant. Ils ont utilisé pour ça l’historique médical de plusieurs patients. À partir de l’activité cardiovasculaire observée, RiskCardio calcule donc un score qui détermine si le patient se trouve dans la catégorie des personnes présentant un haut risque de décéder.

Selon les tests effectués par les chercheurs, le système pourrait prédire si un patient va mourir d’une maladie cardiovasculaire dans les 30, 60, 90 ou 365 jours à venir. Cette découverte pourrait donc constituer un outil précieux pour les médecins, en particulier dans l’approche des traitements. Les scientifiques savent que des améliorations restent à faire pour affiner leur invention, mais ont confiance en l’avenir de ce type de système dans la médecine : « L’apprentissage automatique est particulièrement efficace pour identifier les modèles, ce qui est extrêmement pertinent pour évaluer les risques d’un patient », explique Divya Shanmugam, chercheuse au MIT.