Accueil » Actualité » Elle se greffe la puce RFID de sa Model 3 dans l’avant-bras

Elle se greffe la puce RFID de sa Model 3 dans l’avant-bras

Amie DD est si fan de bricolage et de sa Model 3 qu’elle a entrepris de se greffer la carte RFID servant à déverrouiller la voiture dans l’avant-bras. Elle détaille le processus dans deux vidéos publiées sur YouTube.

Elle avait déjà une puce RFID dans la main

Ce n’est pas un coup d’essai pour Madame DD. Elle possède déjà dans la main une autre puce RFID qui lui permet non seulement de déverrouiller sa porte d’entrée, mais aussi d’ouvrir automatiquement son site Web personnel lorsqu’elle utilise un smartphone compatible.

Comme la Model 3 s’ouvre, entre autres, grâce à une carte à puce RFID. C’est donc tout naturellement que l’inventeuse a essayé de se la faire greffer sous la peau et de la hacker. Elle l’admet, la tâche ne fut pas si facile.

Alors qu’elle souhaitait initialement copier le contenu de la puce Tesla dans la puce déjà située dans sa main, elle a dû se résoudre à s’en faire implanter une seconde. En effet, la puce de Tesla est trop bien sécurisée pour être copiée de la sorte.

Elle a dissout la carte originale dans de l’acétone

Après avoir récupéré la puce RFID logée dans la carte (en la dissolvant dans de l’acétone), Amie s’est adressé à DangerousThings.com, une entreprise spécialisée dans les bio-implants et le bio-hacking, et à Shaman Modifications, un studio qui fait des modifications corporelles. Ces derniers lui ont greffé la puce dans l’avant-bras en ayant auparavant pris soin de la loger dans un conteneur en biopolymère.

La jeune femme a consulté plusieurs médecins avant d’entreprendre cette opération. Elle déclare : « ils étaient un peu méfiants parce que… c’est une idée questionnable ». Ce type de bio-implants peut se voir comme la porte d’entrée vers le transhumanisme, une philosophie qui fait effectivement débat.