Accueil » Actualité » Changement de note, suppression des commentaires : Amazon enquête sur les pratiques suspectes de ses employés

Changement de note, suppression des commentaires : Amazon enquête sur les pratiques suspectes de ses employés

Corrompus par des vendeurs tiers, des employés n’auraient pas hésité à supprimer des avis négatifs, fournir les adresses emails des clients mécontents, etc..

Image 1 : Changement de note, suppression des commentaires : Amazon enquête sur les pratiques suspectes de ses employés

Corrompus par des vendeurs tiers, des employés n’auraient pas hésité à supprimer des avis négatifs, fournir les adresses emails des clients mécontents, etc.. Dimanche le Wall Street Journal a publié un rapport assez accablant contre le géant américain, enfin surtout contre les pratiques de certains de ses employés. C’est d’abord la Chine qui est concernée par ces enquêtes internes puisque comme l’indique le journal, ces pratiques malhonnêtes y seraient monnaie courante. En réaction, Amazon a lancé une vaste enquête interne pour débusquer ces pratiques et y mettre fin au plus vite.

Mais de quel type de fraude parle-t-on ? La mécanique décrite par le WSJ est assez éloquente : des intermédiaires cherchaient à identifier les employés chinois d’Amazon en utilisant notamment le réseau social WeChat pour leur proposer d’accéder ou de modifier certaines données de la plateforme. Concrètement, il leur était demandé de retirer certains avis négatifs ou de changer la note de certains produits ou des marchands qui les vendaient. La suppression d’un commentaire déplaisant aurait été facturée quelques 300 dollars par exemple. Mais il y a encore plus grave. Certains employés auraient accepté de fournir les données de ventes des concurrents ou les adresses emails des clients mécontents. Il s’agit donc d’accusations très grave auxquelles le groupe a décidé de s’attaquer sans tarder.

Couper court aux accusations de fraude

Le porte-parole d’Amazon a déclaré que des mesures avaient été mises en place pour limiter ce à quoi les employés avaient accès. Bien que ce soit la partie chinoise du groupe qui se retrouve sous les feux des projecteurs pour ces pratiques, l’enquête se poursuivra par les États-Unis afin de lever tout début de doute. 

Amazon a déclaré à The Verge : « Nous avons des règles strictes et un code de conduite et d’éthique en place pour nos employés. Nous mettons en place des systèmes sophistiqués pour restreindre et auditer l’accès à l’information. Nous attendons de nos employés une éthique irréprochable et quiconque ne respecterait pas notre code ferait face à des conséquences disciplinaires, comprenant son licenciement et d’éventuelles poursuites légales. De plus, nous avons une tolérance zéro en ce qui concerne les fraudes au sein de nos systèmes et si certains étaient découverts à avoir ce genre de pratiques, nous prendrions des mesures rapides à leur encontre, comprenant la fermeture de leurs comptes vendeurs, la suppression des avis, le gel de leurs avoirs et le déclenchement d’actions légales. Nous conduisons une enquête approfondie au sujet des plaintes déposées. »