Accueil » Actualité » La Chine espionne les smartphones de ses touristes

La Chine espionne les smartphones de ses touristes

Le Guardian révèle cette semaine que les douaniers de la région du Xinjiang scannent les smartphones des touristes et y installent un spyware.

Image 1 : La Chine espionne les smartphones de ses touristes

Dans la région de Xinjiang, en Chine, la police chinoise pousse la lutte contre le terrorisme très loin. Cette province de l’ouest du pays est surveillée de très près par le gouvernement chinois. Celui-ci craint d’y voir entrer des terroristes islamistes. Les autorités n’y contrôlent pas que leurs ressortissants. Les touristes sont également visés. Et tous les moyens sont bons.

La Chine installe un spyware sur votre smartphone

Une enquête menée par le journal The Guardian révèle les techniques des agents des douanes de cette région. Ils collectent, scannent et traquent les smartphones de toute personne se présentant à la frontière. Au cours d’un contrôle douanier, les téléphones sont transportés dans une autre pièce. Les officiers y installent alors secrètement une application de surveillance. Elle analyse toutes les données à la recherche de contenus dits « sensibles ». Le programme passe au peigne fin tous les fichiers, messages, emails et contacts du téléphone, mais aussi tout l’historique de navigation. 73 000 références ont été classées comme « sensibles ». Ces contenus vont de la consultation d’une vidéo liée à Al-Qaïda à une musique d’un groupe de métal japonais appelé Unholy Grave. L’application est la plupart du temps désinstallée après l’analyse. Néanmoins, certains touristes ont remarqué sa présence sur leur téléphone après le contrôle.

Selon un rapport des Nations Unies, des camps de détention abriteraient actuellement dans cette région un million d’Ouïgours, une minorité musulmane. Ces détenus peuvent avoir eu le malheur de visiter le mauvais site internet avant de passer la frontière. Pékin de son côté reste discret sur ces pratiques et affirme qu’il s’agit de « camps de formation ».

>>> Affaire Huawei : Trump revient sur le bannissement