Accueil » Actualité » Christina Koch de retour sur Terre : « je réapprends à marcher »

Christina Koch de retour sur Terre : « je réapprends à marcher »

L’astronaute originaire du Michigan a donné sa première conférence de presse depuis son retour sur Terre. Elle partage ses premières impressions.

Image 1 : Christina Koch de retour sur Terre : « je réapprends à marcher »
© AFP

Après 11 mois passés dans l’espace, Christina Koch a battu le record féminin du plus long voyage dans l’espace. Elle a atterri le 6 février au Kazakhstan, où elle a été récupérée par une équipe de médecins afin qu’elle puisse s’acclimater de nouveau à la vie terrestre. Lors d’une conférence de presse qui a eu lieu mercredi 12 février, Koch a déclaré qu’elle s’habituait plutôt bien à la gravité, malgré des douleurs au cou et des problèmes d’équilibre : « J’ai dû me réhabituer à marcher », s’est amusée l’astronaute, remarquant aussi que : « Pendant mes deux premières minutes de retour sur Terre, j’ai vu plus de visages qu’en un an ! »

Koch, âgée de 41 ans et originaire du Michigan, a révélé qu’elle était particulièrement fière de participer aux études sur les effets d’un voyage spatial féminin de longue-durée, car moins courant. Elle a aussi déclaré qu’elle se sentait « comme un bébé » après être revenue sur Terre. Il incombera aux scientifiques de la NASA de découvrir si les voyages dans l’espace ont effectivement un impact sur le vieillissement.

Les conséquences physiques d’un voyage dans l’espace

Si l’astronaute ne présente pas de blessures sérieuses suite à son retour, elle doit néanmoins être prudente. Les effets secondaires comprennent presque systématiquement une perte significative de densité osseuse et une diminution de la masse musculaire. L’absence de gravité dans l’ISS peut aussi entrainer une modification de la forme du coeur. « Dans l’espace, votre coeur devient plus rond, parce qu’il n’a pas de gravité contre lequel battre » explique le chirurgien Kevin Moffat. 

Enfin, une étude menée par The New England Journal of Medicine sur des astronautes souligne les risques des voyages spatiaux sur le cerveau. Il semblerait que ces derniers entraînent des déformations du tissu cérébral, provoquées par l’apesanteur. Selon le rapport, elles pourraient persister jusqu’à sept mois après le retour sur Terre. 

Source : Business Insider