Accueil » Actualité » Climat : des ouragans deux fois plus puissants qu’il y a 60 ans

Climat : des ouragans deux fois plus puissants qu’il y a 60 ans

Les chercheurs ont enregistré des vents ayant une vitesse deux fois supérieure aux données datant d’il y a plus de 60 ans dans les Bermudes.

Le climat est quelque chose de changeant sur notre planète. Les scientifiques ont pu observer ces changements notamment grâce à l’analyse d’échantillons de glace. Le sujet du réchauffement climatique est largement abordé dans les médias et les effets en sont clairement visibles. Cet été, des vagues de chaleur records ont été enregistrées en Sibérie.

ouragan
Ouragan vu de l’espace. Crédit : Pixabay

Néanmoins, le réchauffement climatique ne se traduit pas uniquement par une hausse de température. Ainsi, la division du vortex polaire serait à l’origine de la vague de froid sur l’Europe et l’Amérique. Autre phénomène à mettre au crédit du réchauffement climatique, des ouragans avec des vents de plus en plus violents.

L’impact du réchauffement sur les ouragans

Pour comprendre l’impact de la hausse des températures, il faut d’abord savoir comment se créé un ouragan. Les ouragans se forment dans les mers et océans, de la rencontre d’une masse d’eau chaude et d’air froid. L’eau chaude va s’évaporer et la vapeur s’élever dans les airs jusqu’à se condenser en haute altitude puis retomber, formant des nuages de plus en plus gros à mesure que le cycle se répète.

Il se forme donc un courant d’air qui n’a plus qu’à tournoyer sous l’effet de la force de Coriolis. C’est cette même force qui crée un tourbillon lorsque vous videz un évier. Une fois que les vents dépassent la vitesse de 117 km/h, le système dépressionnaire devient un ouragan.

C’est ainsi qu’une élévation de la température des océans crée un différentiel plus important entre le point chaud et le point froid et donc des vents de plus en plus violents.

La température des océans

Le réchauffement climatique, qui tend à devenir le plus gros réchauffement jamais vu depuis 50 millions d’années, impacte donc la température des océans. Selon les scientifiques, la température à la surface a augmenté de plus d’un degré Celsius et les 50 premiers mètres sous la surface d’un peu moins d’un degré, détail qui a son importance.

Si cela peut paraître peu, sachez que cette augmentation a fait passer les rafales moyennes des systèmes dépressionnaires de 56 km/h en 1955 à 117 km/h en 2019. En résultent des dégâts de plus en plus importants lorsque les ouragans viennent finir leur course sur des côtes habitées.

Jusqu’à présent, les météorologistes se fiaient à la température de surface des océans pour prédire avec plus ou moins de succès l’intensité d’un ouragan. Néanmoins, avec cette étude de la corrélation entre température et intensité des vents, l’équipe scientifique a découvert que non seulement la température de surface avait de l’importance, mais aussi celle de la colonne d’eau sous la surface. L’association de ces données est « un prédicteur plus fiable de l’intensité des ouragans » selon Samantha Hallam, auteur principal de l’étude.

On peut donc espérer que cela aidera les météorologues à mettre en place un système d’alerte efficace pour prévenir les populations les plus en amont possible. Car si les océans continuent de se réchauffer comme ils le font, il faudra s’attendre à des catastrophes côtières de plus en plus importantes.

Source : livescience