Accueil » Actualité » Des milliers d’applications Android vous pistent, même quand vous ne le voulez pas

Des milliers d’applications Android vous pistent, même quand vous ne le voulez pas

Image 1 : Des milliers d'applications Android vous pistent, même quand vous ne le voulez pas

Google recommande aux développeurs de ne récolter que les identifiants publicitaires associés aux utilisateurs. Pourtant, certaines applications vont plus loin. Elles relient ces numéros destinés à personnaliser la publicité à d’autres identifiants, l’adresse MAC, l’IMEI et l’Android ID. Des données uniques et impossibles à modifier.

Des chercheurs de l’International Computer Science Institute ont transmis les résultats de leurs études à Google. Selon les précisions fournies par Serge Egelman, la plupart des applications envoyaient des informations d’identification aux services publicitaires. La liste comprend de grands acteurs du secteur. On peut citer entre autres Rovio, Cheetah Mobile, Audible et Flipboard. Les applications concernées sont installées sur au moins 100 millions d’appareils, voire plus. Par exemple, Clean Master est présente sur environ 1 milliard de téléphones.

Après cette révélation, un porte-parole de Cheetah Mobile a tenu à clarifier les actions de son entreprise. Ils récoltent l’Android ID des utilisateurs, mais cette donnée ne sert qu’à évaluer les installations, d’après lui. Aussi, elle ne serait pas utilisée à des fins publicitaires et surtout, l’entreprise se conformerait donc aux conditions de Google.

>>> Google Chrome va signaler les sites en http comme « non sécurisés »

La firme de Mountain View a pris des mesures concrètes après avoir lu les détails de cette étude. Toutefois, elle a refusé de préciser le nombre d’applications concernées, ni les décisions prises. La compagnie a rappelé que la collecte d’identifiants est autorisée, mais pas pour réaliser des annonces ciblées. Les acteurs du secteur peuvent utiliser les informations afin de lutter contre les fraudes, par exemple.

Par ailleurs, Google épingle les contrevenants au cas où ils envoient les données à ses réseaux publicitaires. En revanche, la surveillance est beaucoup plus difficile si les informations sont adressées à d’autres structures. La compagnie a également profité de cette occasion pour annoncer une augmentation conséquente du nombre d’applications bloquées en 2018.