Accueil » Actualité » Covid-19 créé en laboratoire, un quart des Français adhèrent à cette théorie du complot

Covid-19 créé en laboratoire, un quart des Français adhèrent à cette théorie du complot

Une enquête met en lumière qu’une forte proportion de Français adhèrent aux rumeurs et aux hypothèses conspirationnistes concernant l’origine du SARS-CoV-2. Elle met également en évidence des liens entre l’âge, le niveau de vie, l’éducation d’une personne et sa perméabilité aux théories complotistes.

La plupart des évènements majeurs qui agitent nos sociétés sont à l’origine de théories conspirationnistes plus ou moins farfelues. La pandémie de Covid-19 n’échappe pas à la règle. Malgré toutes les mesures prises par les réseaux sociaux pour combattre les fake news, les rumeurs et les hypothèses complotistes se répandent plus vite que le SARS-CoV-2 lui-même. L’IFOP, la Fondation Jean-Jaurès, et Conspiracy Watch ont mené une enquête pour mesurer l’adhésion des Français aux thèses complotistes, et identifier les populations les plus sensibles.

Image 1 : Covid-19 créé en laboratoire, un quart des Français adhèrent à cette théorie du complot

Entre le 24 et 26 mars, les sondeurs ont interrogé un échantillon d’un millier de Français pour connaître leur opinion à propos de l’origine du virus avec quatre réponses possibles :

  • Il est apparu de manière naturelle
  • Il a été développé intentionnellement dans un laboratoire
  • Il a été fabriqué accidentellement dans un laboratoire
  • Il n’existe pas réellement
  • Je ne me prononce pas

Si 57 % des sondés adhèrent à la théorie d’une origine naturelle, 26 % choisissent l’hypothèse d’une conception en laboratoire. À noter que 65 % d’entre eux estiment également que le virus a été fabriqué intentionnellement. Des chiffres qui ne laissent aucun doute sur la portée des conjectures conspirationnistes. L’enquête met également en évidence une corrélation entre l’âge, le niveau de vie, le bagage socioculturel et la perméabilité aux hypothèses complotistes.

L’âge et le niveau social déterminent le degré d’adhésion aux hypothèses complotistes

Chez les moins de 35 ans, l’idée selon laquelle le virus est né dans un laboratoire de manière intentionnelle atteint 27 %, et diminue progressivement à mesure que l’âge augmente. Une proportion qui s’explique par un usage plus prononcé des réseaux sociaux chez les plus jeunes, alors que les générations précédentes favorisent plutôt les médias classiques. Les chiffres indiquent également que la croyance d’une origine humaine et intentionnelle diminue avec l’augmentation du niveau de vie et de l’éducation. Les plus pauvres sont 22 % à y adhérer contre 4 % chez les plus aisés.

Pour ceux qui en douteraient encore, le SARS-CoV-2 est bien d’origine naturelle, et l’étude de son génome a même permis de déterminer que le virus a très probablement été transmis à l’homme par le Pangolin.

Source : Fondation Jean Jaurès