Accueil » Actualité » Covid-19 : des chiens dressés au dépistage du coronavirus

Covid-19 : des chiens dressés au dépistage du coronavirus

L’Angleterre entraîne des chiens au dépistage du coronavirus. Une méthode qui a déjà fait ses preuves pour diagnostiquer d’autres maladies telles que le paludisme. Si l’expérimentation aboutit, elle contribuera à limiter les risques d’un redémarrage de l’épidémie après la levée des mesures de confinement.

Les mesures de confinement permettent de ralentir la progression de la pandémie du Covid-19 pour éviter l’effondrement des systèmes de santé. Selon l’OMS, elle va de pair avec des campagnes de dépistage massives de la maladie. Une méthode qui a fait ses preuves en Corée du Sud et en Allemagne où le rapport entre le nombre de décès et le nombre de contaminés est particulièrement faible.

Un dépistage précoce permet en effet de traiter la maladie plus efficacement, et de donner la priorité aux malades les plus vulnérables. À titre de comparaison, l’Allemagne a 50 % de malades de plus que la France, mais 5 fois moins de morts. Alors que les services de santé allemands pratiquent 500 000 tests par semaine, la France parvient péniblement à en effectuer moins de 70 000, un chiffre qui devrait heureusement doubler ou tripler dans les jours à venir.

Image 1 : Covid-19 : des chiens dressés au dépistage du coronavirus
Crédit : eesha CC BY 2.0

En Angleterre, la situation est tout aussi alarmante qu’en France. Selon la BBC, le pays ne peut assurer que 10 000 tests par jour, et prévoit de l’augmenter progressivement pour atteindre 25 000, mi-avril. En parallèle, l’organisation caritative Medical Detection Dogs s’est associée à l’université de Durham et à la London School of Hygiene and Tropical Medicine (LSHTM) pour déterminer si les chiens sont en mesure de détecter la présence du virus chez l’Homme.

Un laboratoire miniature détecte le coronavirus en seulement 5 minutes

Une démarche surprenante au premier abord, mais qui a démontré son efficacité pour dépister d’autres maladies, notamment la malaria. Le professeur James Logan, responsable du contrôle des maladies au LSHTM, précise que les recherches ont déjà montré que les chiens pouvaient détecter le paludisme avec un niveau de précision « supérieur aux normes de l’Organisation mondiale de la santé pour un diagnostic ». Les premiers résultats devraient tomber d’ici moins de six semaines, le temps nécessaire pour dresser un chien à la détection d’une maladie.

Image 3 : Covid-19 : des chiens dressés au dépistage du coronavirus

Tractive – Collier GPS pour chien

29,50€ > Amazon

Le dépistage canin, une méthode sûre et rapide pour l’après-confinement

Lorsque les autorités sanitaires décideront de lever les mesures de confinement, les populations seront à nouveau exposées au virus, et on peut craindre un redémarrage de l’épidémie. Pour limiter les risques, la généralisation des tests de dépistage apparait indispensable. C’est là que le dépistage canin pourrait entrer en scène pour contrôler efficacement un grand nombre d’individus de manière non invasive. Un avis partagé par le professeur Steve Lindsay du département de biosciences de l’université de Durham : « la détection canine pourrait être mise en œuvre dans les aéroports pour identifier rapidement les porteurs du virus […] Cela participerait à empêcher la résurgence de la maladie après que nous ayons maîtrisé l’épidémie actuelle ».

Reste à déterminer précisément si le chien peut lui aussi être contaminé. Des traces du SARS-CoV-2 ont déjà été détectées chez un chien à Hong Kong, mais les scientifiques n’ont pas encore pu établir si l’animal a réellement été malade.

Coronavirus : même si vous n’avez plus de symptômes, le Covid-19 peut être encore en vous

Source : BBC