Accueil » Actualité » Covid-19 : le vaccin de Pfizer et BioNTech est-il vraiment efficace à 90 % ?

Covid-19 : le vaccin de Pfizer et BioNTech est-il vraiment efficace à 90 % ?

Le géant pharmaceutique américain Pfizer et la biotech allemande BioNTech ont mis au point un vaccin contre la Covid-19. Les résultats des essais cliniques sont très prometteurs, mais le vaccin est-il réellement efficace à 90 % pour éviter l’infection ?

Image 1 : Covid-19 : le vaccin de Pfizer et BioNTech est-il vraiment efficace à 90 % ?
Un docteur tenant une seringue de vaccin – Crédit : Karolina Grabowska / Pexels

Après plusieurs mois de lutte contre la pandémie et de recherches scientifiques pour mettre au point un vaccin, voire même un remède, une lueur d’espoir est enfin apparue au bout du tunnel. Un candidat-vaccin semble très prometteur et encourageant pour la suite. Il a été développé par le géant pharmaceutique américain Pfizer en collaboration avec la biotech allemande BioNTech. Ils affirment que leur vaccin est capable de réduire de 90 % le risque de tomber malade à cause d’une infection par le coronavirus. Ce nombre reflète-t-il vraiment la réalité ? Wired s’est penché sur la question pour comprendre d’où viennent ces 90 % d’efficacité.

Le candidat vaccin est-il aussi efficace sur les personnes ayant déjà été malades ?

Le candidat vaccin de Pfizer et BioNTech a permis d’empêcher l’infection dans plus de 90 % des cas. Cependant, les laboratoires n’ont pas précisé combien de personnes ont été infectées par le virus dans l’essai clinique. Nous connaissons seulement le nombre de personnes qui sont tombées malades et qui ont été diagnostiquées. Quand les données de l’essai clinique ont été analysées, le taux d’efficacité était supérieur à 90 % pour les personnes qui n’avaient jamais été contaminées avant le début de l’essai. Le problème est que, si le vaccin est déployé à grande échelle, il sera certainement administré à des personnes ayant déjà été malades de la Covid-19 sans le savoir. Nous ne connaissons alors pas son efficacité dans ce cas précis.

De plus, nous ne savons pas pour le moment si le candidat vaccin est capable de prévenir les infections asymptomatiques. Il faut également s’assurer que l’administration du vaccin ne soit pas responsable d’une augmentation du risque de maladie grave. Avant de tirer des conclusions hâtives, il faut attendre l’examen plus poussé des données de l’essai clinique. Nous savons qu’au moins 40 % des participants avaient 55 ans ou plus et qu’il y avait des enfants aussi jeunes que 12 ans, mais nous ne connaissons pas encore le taux d’efficacité sur ces personnes à risques. Certains participants étaient même atteints de maladies chroniques, ce qui est prouvé de rendre la Covid-19 encore plus sévère.

Qu’en est-il des effets secondaires du candidat vaccin ?

Au niveau des effets secondaires causés par l’administration du vaccin, le communiqué de presse des laboratoires a indiqué qu’aucun problème sérieux n’a été détecté, mais il n’y a pas de données précises pour supporter cette affirmation. En tout cas, Pfizer a déjà annoncé que l’essai clinique se poursuivra jusqu’à ce qu’il y ait 164 cas de Covid-19 parmi l’ensemble des participants. Ce nombre pourrait être atteint dès le début du mois prochain. Nous en saurons alors plus. Le candidat vaccin est très prometteur, mais il faut garder à l’esprit que les 90 % d’efficacité ont été atteints pour certains cas spécifiques qui ne sont pas représentatifs à eux seuls de la population.

En attendant l’administration à grande échelle d’un vaccin contre la Covid-19, les chercheurs s’attellent également à trouver des moyens pour stopper l’infection le plus tôt possible. D’autres travaillent sur des techniques de dépistage plus efficaces que le test PCR comme les chiens renifleurs par exemple. Enfin, des chercheurs viennent de prouver que les anticorps des lamas pourraient être la clé d’un remède miracle contre le coronavirus.

Source : WIRED