Accueil » Actualité » Les États-Unis testent un médicament-bouclier pour lutter contre le virus Covid-19

Les États-Unis testent un médicament-bouclier pour lutter contre le virus Covid-19

L’antihypertenseur Losartan pourrait se montrer efficace dans la lutte contre Covid-19. Pour cette raison, des scientifiques aux États-Unis sont en train de le tester afin de vérifier si ce médicament peut prévenir l’infection ou du moins réduire les symptômes.

Image 1 : Les États-Unis testent un médicament-bouclier pour lutter contre le virus Covid-19
Crédit : Steve Buissinne (stevepb) / CC0

Ce n’est pas le remède contre Covid-19 ou même le vaccin tant attendu, mais c’est mieux que rien. Le médicament Losartan pourrait quand même se révéler utile. Pour info, il fait partie du groupe de médicaments appelés antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II. Celle-ci est responsable de l’augmentation de la pression artérielle. Le Losartan sert donc à diminuer la pression artérielle en empêchant la liaison de l’angiotensine II aux récepteurs de la paroi des vaisseaux sanguins. C’est un peu compliqué, mais ce qu’il faut retenir c’est que Losartan pourrait jouer un rôle dans la lutte contre Covid-19 puisqu’il pourrait empêcher le virus de se lier aux cellules. Il ralentirait donc grandement sa multiplication dans le corps humain. Cette recherche est menée par un groupe de scientifiques de l’université du Minnesota.

Coronavirus : le premier vaccin est prêt à être testé sur l’Homme

Deux médicaments pourraient nous aider à lutter contre Covid-19

Hier, nous apprenions qu’une étude à Marseille a identifié l’antipaludique Plaquenil comme une potentielle thérapie pour lutter contre Covid-19. Losatran est donc le deuxième médicament qui pourrait se montrer potentiellement efficace. Le but ici n’est pas d’éliminer le virus, ce qui n’est de toute façon pas possible, mais de réduire les symptômes le plus possible voire aider le malade à guérir plus vite.

Losatran, qui est aussi vendu sous le nom de Cozaar, semble être capable d’empêcher le virus de se lier aux cellules. Si c’est effectivement le cas, les patients atteints du Coronavirus pourraient récupérer plus rapidement et avoir des symptômes plus légers.

Image 3 : Les États-Unis testent un médicament-bouclier pour lutter contre le virus Covid-19

Jeu de réflexion et Logique – Expulsez le Virus – Anti-virus

22.99 € > Amazon

Comme le montre le nombre de cas enregistrés dans le monde (253 927 au moment de l’écriture de cet article), Covid-19 est hautement contagieux. Son principal « atout » est que les personnes saines qui ne montrent pas encore de symptômes peuvent en contaminer d’autres, et ainsi de suite. C’est pour cette raison que des quarantaines sont mises en place dans le monde. Il vaut mieux avoir un nombre de cas faible répartis sur la durée plutôt que d’avoir tellement de cas d’un coup que les services de santé n’auront pas les ressources nécessaires pour s’en occuper. Il est donc vital pour les scientifiques de trouver un moyen pour limiter le nombre de nouveaux cas.

Covid-19 : des chercheurs développent un kit fluorescent pour tester plus rapidement les populations

Le risque des effets secondaires ne doit pas être pris à la légère

Si Losartan ou PlaqueNil se montrent concluants dans les essais cliniques, il faudra ensuite s’assurer qu’ils ne possèdent pas d’effets secondaires aggravants. En effet, Losartan modifie la pression artérielle donc ses effets secondaires sur une personne contaminée par Covid-19 doivent être évalués. Si le traitement pose trop de risques au patient, ce n’est pas une bonne idée non plus. En attendant quelconque résultat, le mieux est de respecter les différentes mesures sanitaires de sécurité prises par le gouvernement telles que la quarantaine, la distanciation sociale, le lavage des mains fréquent et la désinfection des objets potentiellement contaminés.

Source : BGR