Accueil » Actualité » Covid-19 : votre chat vous met-il en danger ?

Covid-19 : votre chat vous met-il en danger ?

Une étude vétérinaire vient de montrer que la contagion au coronavirus est plus rapide encore entre chats qu’entre humains. Toutefois, heureusement pour eux, ils semblent mieux résister à l’infection.

Image 1 : Covid-19 : votre chat vous met-il en danger ?
Crédits : Airman Eugene Oliver / U.S. Air Force

Alors que la pandémie de Covid-19 ne ralentit que peu, voire même reprend dans de nombreux pays pour ce qui pourrait être une seconde vague, des chercheurs ont étudié la contamination entre chats domestiques. Les résultats inquiètent même si rien n’établit pour l’instant une transmission de ou vers l’Homme. Faut-il porter un masque en présence de son chat ?

Porteurs sains, les chats pourraient propager l’épidémie de Covid-19

Pour cette étude, encore non publiée, des chercheurs ont mis 6 chats de moins de 6 mois en contact avec le virus SARS-CoV-2 par le nez et la bouche. Deux chats sains ont plus tard été introduits au groupe. Tous les chats du premier groupe ont été dépistés positifs au virus entre 1 et 10 jours après leur exposition. Plus inquiétant, les 2 autres chats n’ont eu besoin que de 2 jours pour contracter le virus, montrant une contagion rapide entre individus.

Si certains contrôles sont relativement inoffensifs pour les animaux, les scientifiques sont allés jusqu’à euthanasier certains félins pour pousser plus avant leurs analyses. Il s’avère que, bien que l’ARN du virus soit présent dans le nez, la bouche, la gorge et le rectum de ces animaux, aucun ne montrait de symptômes, même 21 jours après l’exposition au virus.

Si cela est une bonne nouvelle, il est encore trop tôt pour conclure que les chats sont immunisés contre le coronavirus. De plus, la rapidité de contagion d’un félin à l’autre pose de réelles questions sur la possibilité pour les chats domestiques de devenir vecteur de propagation de la maladie en tant que porteurs sains, en attendant un vaccin que Bill Gates souhaite aussi peu cher que possible. D’autres études sont nécessaires pour établir la contamination interespèces avec l’Homme mais aussi avec les autres animaux domestiques ou sauvages. On sait par exemple que ce coronavirus est présent chez les chauves-souris depuis des décennies.

Source : Gizmodo