Accueil » Actualité » Découverte d’un crâne de l’homme dragon, le dernier-né de l’arbre généalogique humain

Découverte d’un crâne de l’homme dragon, le dernier-né de l’arbre généalogique humain

Des chercheurs ont révélé qu’un crâne de grande taille découvert en Chine pourrait être celui d’un parent extrêmement proche de l’homme moderne. Il pourrait être le dernier-né de l’arbre généalogique humain.

Les chercheurs ont nommé la nouvelle espèce Homo longi et lui ont donné le surnom « d’homme-dragon », d’après la région de Long Jiang, qui signifie « rivière du dragon », dans le nord-est de la Chine.

Image 1 : Découverte d'un crâne de l'homme dragon, le dernier-né de l'arbre généalogique humain
Homme dragon – Crédit ; Kai Geng

Un crâne caché au fond d’un puits dans le nord-est de la Chine pendant plus de 80 ans pourrait appartenir à une nouvelle espèce d’homme primitif. Cette découverte passionnante est le dernier ajout à un arbre généalogique humain qui s’agrandit et se modifie rapidement, grâce à de nouvelles découvertes de fossiles et à l’analyse d’ADN ancien conservé dans des dents, des os et la terre des grottes. Nous avions par exemple récemment appris que les premiers Hommes avaient un cerveau proche du singe en débutant leur migration.

Parfois, nos connaissances sur le mode de vie de ces Hommes primitifs sont bouleversées par de nouvelles découvertes étonnantes. Une équipe de chercheurs avaient découvert la plus ancienne peinture rupestre connue au monde en Indonésie.

Le crâne présente des caractéristiques similaires au nôtre

Le ​crâne bien conservé, découvert dans la ville chinoise de Harbin, a entre 138 000 et 309 000 ans, selon l’analyse géochimique. Il combine des caractéristiques primitives, telles qu’un nez large, un front bas et une boîte crânienne, avec des caractéristiques plus proches de l’Homo sapiens. Par conséquent, le crâne serait un parent évolutionnaire plus proche de l’Homo sapiens que de l’homme de Néandertal, créant ainsi la nouvelle classification Homo longi, du mot chinois « long », qui signifie « dragon ».

Il appartenait à un homme d’une cinquantaine d’années, aux yeux profonds et aux sourcils épais. Bien que son visage soit large, il avait des pommettes plates et basses qui le faisaient ressembler davantage à l’homme moderne qu’à d’autres membres disparus de l’arbre généalogique humain.

Le crâne de Harbin aurait été découvert en 1933, mais il aurait été caché dans un puits pendant 85 ans pour le protéger de l’armée japonaise. Il a ensuite été déterré et remis à Ji Qiang, professeur à l’université Hebei GEO, en 2018.

Source : BGR