Accueil » Actualité » Deepfake : ce garçon appelle à témoigner pour résoudre son propre meurtre

Deepfake : ce garçon appelle à témoigner pour résoudre son propre meurtre

Un procédé inédit a été utilisé par la police néerlandaise. Tué en 2003, le jeune Sedar Soares a été recréé numériquement dans une vidéo deepfake. Objectif : collecter de nouveaux témoignages pour faire la lumière sur son meurtre.

Image 1 : Deepfake : ce garçon appelle à témoigner pour résoudre son propre meurtre
Sedar Soares – Politie Eenheid Rotterdam / YouTube

Les deepfakes sont des trucages numériques hautement réalistes. Ils sont parfois conçus par des individus malveillants, comme dans le cadre des deepfakes pornos. Mais cette technique dopée à l’IA n’est pas seulement utilisée pour nuire. On la retrouve au cinéma, comme dans The Mandalorian. Et tout récemment, la police néerlandaise a créé un deepfake afin de tenter d’avancer dans une enquête au point mort.

Un petit rappel des faits s’impose. En 2003, Sedar Soares est abattu alors qu’il faisait une bataille de boules de neige avec ses camarades à Rotterdam près d’une station de métro. Un meurtre qui n’a jamais été élucidé. Après avoir obtenu l’aval de sa famille, la police a réalisé une vidéo où l’adolescent est recréé numériquement. Une séquence émouvante où la victime marche sur un terrain de foot, ballon à la main. Il passe au milieu d’une haie d’honneur formée par ses proches.

À lire > Deepfake : une mère crée des photos nues et équivoques des pom-poms girls rivales de sa fille

Un deepfake pour inciter les témoins à parler

« Quelqu’un doit savoir qui a assassiné mon frère chéri. C’est pourquoi il a été ramené à la vie pour ce film », peut-on notamment entendre. Et le garçon de lancer avant de disparaître subitement : « Vous en savez plus ? Alors parlez maintenant ». À la suite de la publication de cette vidéo deepfake (inédite dans le cadre d’une enquête), la police a confié avoir reçu près de 10 témoignages. Des « tuyaux » qu’il faut toutefois encore vérifier pour voir s’ils sont exploitables, précise Lillian van Duijvenbode, porte-parole de la police de Rotterdam.

D’après les derniers éléments de l’enquête, Sedar Soares aurait été mêlé malgré lui à un affrontement entre bandes rivales à la suite d’une escroquerie. L’adolescent aurait ainsi été « victime de la violence de la pègre par pure malchance ».

Vous pouvez visionner la vidéo deepfake de la victime ci-dessous. Celle-ci se conclut avec les coordonnées de la police afin que les personnes désireuses de témoigner puissent entrer en contact.