Accueil » Actualité » Des chercheurs créent un robot capable de transpirer

Des chercheurs créent un robot capable de transpirer

Un groupe de chercheurs américains et italiens ont mis au point une main robotisée qui est capable de se refroidir dans les endroits chauds en transpirant…

Image 1 : Des chercheurs créent un robot capable de transpirer

La recherche scientifique se rapproche du robot humanoïde ultime. Nous l’avons vu avec le robot Spot de chez Boston Dynamics. En effet, des chercheurs ont mis au point une main bionique souple qui peut saisir des petits objets, mais aussi transpirer lorsqu’elle est placée dans un lieu à plus de 40°. 

Comme l’explique un article publié dans Science Robotics, l’un des plus grands défis pour les roboticiens est de maintenir la température à un niveau bas, en particulier lorsque le robot fonctionne dans un environnement chaud, car cela peut mettre en danger son fonctionnement. Afin de refroidir le robot, les chercheurs ont donc décidé de s’inspirer du corps humain. 

Lorsqu’elle est chaude, la peau humaine excrète de la sueur, qui refroidit le corps au fur et à mesure de son évaporation. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous sommes de bons coureurs de fond. L’équipe de scientifiques de l’université de Cornell, des Facebook Reality Labs et de l’Istituto Italiano di Technologia a cherché à reproduire cet effet avec un robot. 

Transpirer pour mieux se déplacer

Le robot (un dispositif segmenté ressemblant à un doigt) a été imprimé en 3D à l’aide d’hydrogels, qui ne sont pas très différents des tissus vivants et peuvent absorber de grandes quantités d’eau. Le corps du doigt est fait d’un gel qui se dilate à des températures supérieures à 30°C, avec une couche de « peau » sur un côté qui se rétrécit à des températures supérieures à 40°C. Ensemble, ces propriétés font que le doigt se plie en présence d’objets chauds.

À l’avenir, la « transpiration » pourrait être utilisée pour permettre aux robots de s’auto-lubrifier afin de se déplacer plus facilement (des scientifiques travaillent sur un robot capable de grimper aux murs) ou d’excréter des enzymes pour « digérer » les matériaux qu’ils déplacent. Les possibilités semblent infinies. 

Source : TechRadar