Accueil » Actualité » Des distributeurs automatiques Sony

Des distributeurs automatiques Sony

Et si l’achat d’un produit Sony était aussi simple que celui d’une barre chocolatée ? C’est le pari du géant japonais qui propose depuis peu des distributeurs automatiques de produits Sony aux Etats-Unis.

Ce nouvel équipement de vente est proposé depuis la semaine dernière dans trois centres commerciaux américains. Au Japon, une centaine de distributeurs fonctionnent déjà sur le même principe. L’idée est de simplifier les achats des consommateurs. Pour Sony, l’achat en ligne grâce à l’Internet est déjà un moyen de simplifier la démarche de paiement. Et pour ceux qui ne peuvent pas attendre la livraison, l’achat dans un distributeur automatique permet d’obtenir immédiatement le produit désiré. Entre autres produits, Sony propose dans ces distributeurs des batteries, des appareils photos numériques et des lecteurs Mp3.

Payer par carte bancaire

Ces nouveaux distributeurs fonctionnent avec des cartes bancaires et non les piécettes habituelles des distributeurs classiques (et en même temps, payer un lecteur Mp3 Sony avec des pièces…). Les prix des produits sont régulièrement mis à jour grâce à une connexion Internet qui relie la machine à un serveur Sony. Par ce même moyen, le réapprovisionnement de la machine est effectué puisque la gestion des flux peut se faire en temps réel.

Logique de coût

« Il est relativement peu cher de mettre ainsi la marque Sony dans de grands centres commerciaux« , explique Tim Bajarin , le président de l’entreprise qui fabrique les distributeurs. « C’est moins cher que de créer des magasin Sony classiques« .

Sony prévoit pour la fin de l’année 2006 d’installer 10 distributeurs dans des centres commerciaux, des supermarchés et des aéroports américains. L’idée est de multiplier les possibilités d’achats compulsifs chez les consommateurs, en mettant les distributeurs dans des endroits, comme les aéroports par exemple, où l’usager attend et déambule, et peut ainsi acheter un produit sur l’envie immédiate.

Source : New York Times