Accueil » Actualité » Des étudiants néerlandais construisent une voiture électrique à partir de matériaux recyclés

Des étudiants néerlandais construisent une voiture électrique à partir de matériaux recyclés

EconCore et une équipe d’étudiants ingénieurs de l’université de technologie d’Eindhoven aux Pays-Bas ont démontré que ces déchets peuvent encore être utiles, en utilisant des composites PET recyclés et d’autres matériaux recyclés pour un projet innovant de production de voitures légères.

Le biplace jaune que les étudiants ont baptisé « Luca » peut atteindre une vitesse maximale de 90 km/h. De plus, la voiture a une autonomie de 220 kilomètres, selon l’Université technique d’Eindhoven.

Voiture Luca - TU/ecomotive / YouTube
Voiture Luca – Crédit : TU/ecomotive / YouTube

Le châssis de Luca est constitué d’un panneau unique développé par les étudiants en collaboration avec plusieurs entreprises. L’extérieur est fait de fibres de lin combinées à du plastique pêché dans l’océan. Bien que l’extérieur du véhicule soit constitué de différents plastiques qui ont été immergés dans l’océan pendant plusieurs années, il est capable de donner au châssis une résistance suffisante lorsqu’il est combiné avec les fibres naturelles.

22 étudiants ont travaillé sur Luca, pendant 18 mois

La majorité des composants structurels de Luca sont faits de composites PET recyclés fabriqués par le leader industriel EconCore. TU/ecomotive et EconCore ont développé pendant plus d’un an un composite avec des noyaux en nid d’abeille pour les véhicules. Les feuilles de lin ont également une structure interne en nid d’abeille. Cela les rend extrêmement légères sans sacrifier la résistance nécessaire pour que la voiture soit sûre.

Luca est une voiture compacte propulsée par deux moteurs, un sur chaque essieu, qui se combinent pour produire une modeste puissance de 12 kW. De plus, elle peut atteindre une vitesse de pointe de 90 km/h. Luca utilise six batteries récupérées sur des véhicules routiers désaffectés, qui lui confèrent une autonomie impressionnante de 220 km. En outre, grâce à son faible poids (360 kg sans les batteries), elle est deux fois plus légère que les voitures comparables.

Même si les efforts de ces étudiants sont à saluer, il faut noter qu’il est toujours préférable de lutter contre ce problème à la source, en utilisant par exemple des poubelles intelligentes contrôlées par une IA, qui ne vous laisse pas le droit à l’erreur lors du tri sélectif. Des scientifiques ont également découvert des moyens pour lutter contre la pollution au plastique, comme une bactérie qui dévore le polyuréthane ou encore des enzymes mutantes qui mangent le plastique.

Source : TU/ecomotive