Accueil » Actualité » Des images satellites de Beyrouth montrent les conséquences de l’explosion

Des images satellites de Beyrouth montrent les conséquences de l’explosion

L’explosion qui a dévasté Beyrouth hier a tué plus de 100 personnes, en a blessé des milliers et a laissé le port de la ville en ruines, une catastrophe pour un pays dépendant des importations.

Les conséquences de l’explosion sont visibles depuis l’espace. Certains satellites ont capturé des images de la capitale libanaise. Les images ont été capturées par Maxar, une société qui exploite une flotte de satellites d’observation de la Terre, mais également par Planet, une société américaine de télédétection.

Image 1 : Des images satellites de Beyrouth montrent les conséquences de l'explosion
Crédit : planetlabs / Twitter

Plusieurs entrepôts semblent avoir été soufflés et on peut même voir un bateau de croisière, l’Orient Queen, couché sur le flanc. Sur les images, on peut également voir des débris recouvrant la route principale à plus de 300 mètres au sud du lieu de l’explosion, signe de la force de l’explosion. Selon les autorités locales, les dégâts s’étendent sur plus d’un kilomètre dans la ville.

Tous les bâtiments situés au sud du port semblent avoir subi des dommages importants. Certains ont été assez solides et ont pu conserver leur charpente, mais pour la majorité d’entre eux, il ne reste que des décombres. L’explosion était si importante que l’U.S. Geological Survey l’a enregistrée comme un séisme de magnitude 3,3. L’année dernière, un satellite avait mesuré une élévation du sol après le séisme de Montélimar.

L’explosion a pris la forme de ce qui ressemble à un champignon atomique. Celle-ci a brisé d’innombrables vitres à des kilomètres à la ronde. Le cœur de l’explosion, selon le Conseil suprême de défense du Liban, était un stock de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium, qui est généralement utilisé comme engrais pour les cultures et qui peut être très explosif.

Les satellites Starlink photobombent une pluie de météores

Comment cela a-t-il pu arriver ?

Le stock de produits chimiques est arrivé à Beyrouth vers 2013 via un navire que les douaniers ont saisi. Le propriétaire du navire l’a apparemment abandonné, et le stock a été déplacé dans l’entrepôt, où il est resté pendant environ six ans.

OneWeb : en faillite, le concurrent de SpaceX souhaite lancer 48 000 satellites supplémentaires

Source : space.com