Accueil » Actualité » Des piles en diamant faites de déchets radioactifs : le projet fou de Tom Scott

Des piles en diamant faites de déchets radioactifs : le projet fou de Tom Scott

Image 1 : Des piles en diamant faites de déchets radioactifs : le projet fou de Tom Scott

Lors de l’édition 2016 de la conférence Technology, Entertainment, Design (TED) – Des idées pour changer le monde, Tom Scott ─ enseignant chercheur spécialisé en métaux radioactifs à l’université de Bristol (Royaume-Uni) ─ a retenu l’attention avec son projet d’inventer des piles électriques à partir de diamants synthétiques issus des déchets radioactifs des anciennes centrales nucléaires.

Pour convaincre l’auditoire, le professeur et ses collègues scientifiques ont monté une présentation vidéo intitulée « Diamonds are forever », expliquant le processus de fabrication de ces piles qui seraient en mesure de produire de l’électricité des siècles durant : le carbone-14 (12C) est un isotope radioactif qui se forme au niveau des barres de graphite utilisées comme modérateur dans les centres nucléaires ; on le prélèvera par réchauffement sous forme de gaz avant de l’utiliser pour créer des diamants radioactifs.

>>> Lire aussi Une batterie rechargeable en quelques secondes : des scientifiques l’ont fait

Il s’agit d’une radioactivité « bêta moins » composée d’électrons et qui génère directement de l’électricité. Le cœur radioactif sera ensuite encapsulé dans un diamant plus grand pour bloquer les radiations néfastes. Scott précise enfin que la demi-vie du carbone-14 étant de 5730 ans, la batterie qui en est issue aura la même durée de vie. Ce qui serait très intéressant pour alimenter les engins spatiaux ou les implants médicaux. 

Le projet des chercheurs de l’université de Bristol n’est pas le premier à exploiter le principe du générateur bêtavoltaïque. Jae W. Kwon de l’université du Missouri avait déjà effectué des recherches similaires sans obtenir de résultats probants. Et compte tenu des risques de radiation l’équipe a indiqué dans un communiqué de presse que pour l’instant, elle effectue ses expérimentations uniquement avec du nickel-63. Autrement dit, le chemin à faire pour donner vie à cette idée est encore long.

« L’âge du diamant » de la production d’électricité par les batteries nucléaires