Accueil » Actualité » Deux ans de prison pour l’adolescent qui avait hacké la CIA

Deux ans de prison pour l’adolescent qui avait hacké la CIA

Image 1 : Deux ans de prison pour l'adolescent qui avait hacké la CIA 
Kane Gamble, un adolescent britannique de 18 ans, vient d’être condamné à deux ans de prison ferme pour avoir commis un ensemble de crimes relevant du piratage informatique entre juin 2015 et février 2016. Les victimes étaient des employés de haut niveau du gouvernement étasunien, dont John Brennan, ancien directeur de la CIA, et James Clapper, ancien directeur du renseignement.

Kane Gamble, qui n’avait que 15 ans au moment des faits qui lui sont reprochés, est connu sous le surnom de Cracka. Les autorités considèrent qu’il était le leader d’un groupe de hackers prénommé « Crackas With Attitude » ou CWA. Les Crackas avaient non seulement piraté les comptes email de M. Brennan et de M. Clapper, mais ils avaient aussi gagné l’accès au courrier électronique de son épouse et à son compte de fournisseur d’accès téléphonique et Internet. CWA aurait ainsi trafiqué les lignes téléphoniques de leur victime pour que chaque appel entrant soit redirigé vers Free Palestine Movement. D’autres hauts responsables gouvernementaux ont été la cible de la bande de hackers, et le groupe avait réussi à mettre la main sur de nombreux documents classés secrets concernant les opérations militaires étasuniennes en Irak et en Afghanistan. Le groupe avait ainsi publié les coordonnées de plus de 2 000 agents fédéraux et locaux américains.

>> Android : des constructeurs font semblant d’installer certains patchs de sécurité

Au moment d’annoncer sa peine à Mr Gamble, le juge a ainsi souligné que les actions de l’adolescent, et de son groupe de pirates, furent « une campagne de cyberterrorisme extrêmement néfaste aux motivations politiques ». Selon les observateurs, la légèreté de la peine infligée serait due au jeune âge de l’accusé, au fait qu’il a plaidé coupable très rapidement, à sa naïveté, à sa coopération avec la police, mais aussi à l’absence de motivation financière derrière ces actes.

>> Avira Prime 2018 : que vaut la nouvelle formule de la suite de sécurité ?