Accueil » Actualité » Discord change sa charte pour se protéger conter ses utilisateurs

Discord change sa charte pour se protéger conter ses utilisateurs

Un simple paragraphe qui peut avoir de grandes conséquences, Discord, le service de discussion vocale, a modifié ses conditions générales d’utilisation pour empêcher à ses utilisateurs toute attaque collective en justice, les fameuses class-actions.
Image 1 : Discord change sa charte pour se protéger conter ses utilisateurs

Ce changement a eu lieu le 16 octobre avec l’apparition d’une section « Class waiver » dans laquelle on peut lire :
« Discord et vous acceptez de résoudre tout désaccord à titre personnel, et non pour autrui ou en tant que partie d’une procédure groupée, collective ou représentative. » L’arbitre mentionné dans les conditions générales n’est pas explicitement nommé, il est donc raisonnable de penser que celui-ci sera choisi par Discord. Ce ne sera donc probablement pas un tribunal de justice, mais un arbitre privé, payé par Discord.
Une raison de plus de se méfier de ce genre de contrat.

Toutefois, il est possible de s’opposer à cette modification par simple email. Pour cela, il suffit d’envoyer un message dans les 90 prochains jours à l’adresse arbitration-opt-out@discord.com. Attention, prenez soin d’envoyer ce message depuis l’adresse email liée à votre compte Discord.

Discord se protège pour éviter les gros ennuis

Cette modification des CGU n’est pas passée inaperçue et nombre de réactions se sont fait entendre sur Reddit et Twitter notamment.
La société n’a alors pas tardé à répondre sur Reddit par le biais de l’un de leurs porte-parole : « Je veux être clair sur le fait que nous ne faisons pas cela pour éviter de prendre nos responsabilités« . Il ajoute : « La raison de ce changement de nos conditions d’utilisation est l’augmentation constante du nombre de class-actions et d’entreprises et groupes cherchant à les lancer« .

On imagine assez bien que, par ce changement, Discord cherche à se protéger en cas de fuites de données comme cela a été récemment le cas avec Facebook cette année, Equifax l’année dernière ou le très célèbre cas de Sony en 2014 dont la class-action s’est soldée par un accord amiable de plusieurs millions de dollars.
Il est à noter que cette impossibilité de faire appel aux class-actions ne s’applique qu’aux résidents américains.