Accueil » Actualité » Donald Trump peut-il bloquer des gens sur Twitter ? Un tribunal fédéral doit trancher

Donald Trump peut-il bloquer des gens sur Twitter ? Un tribunal fédéral doit trancher

Image 1 : Donald Trump peut-il bloquer des gens sur Twitter ? Un tribunal fédéral doit trancher 
Donald Trump, le 45e et actuel président étasunien
, est un utilisateur invétéré de Twitter et utilise le service pour diffuser ses messages et opinions à l’adresse de ses compatriotes et du monde. Le personnage est connu pour ne pas aimer les contradicteurs et ne se prive pas, sur Twitter par exemple, de bloquer les utilisateurs qui ne partageraient pas ses vues, afin de les empêcher de le suivre et de retweeter ses messages. Cette attitude a créé la polémique et un groupe de plaignants s’est formé pour attaquer le président en justice.

Un juge fédéral doit déterminer dans les prochains jours si, oui ou non Donald Trump a le droit de bloquer des utilisateurs sur les réseaux sociaux. Les plaignants affirment qu’en vertu du Premier amendement de la Constitution des États-Unis, un tel agissement est une violation de leur liberté d’expression. La juge chargée de l’affaire semble partager cette opinion, puisque lors des auditions, elle a demandé à l’avocat du président si Twitter était comparable à un forum public où les responsables gouvernementaux auraient le pouvoir de réduire au silence les opinions divergentes. L’avocat a répondu que Donald Trump utilise Twitter à des fins personnelles, et qu’en conséquence, tweeter n’est pas une action publique. L’avocate des plaignants a contre argumenté en affirmant que le compte @RealDonaldTrump était géré dans le cadre de fonctions officielles, puisque Trump l’utilise pour annoncer des décisions et des messages politiques.

En attendant de déterminer la légalité des agissements de Donald Trump, la juge Naomi Reice Buchwald a simplement proposé au président de muter les importuns sur Twitter, plutôt que de les bloquer.

>> À lire : Twitter lance enfin sa fonction de marque-pages

>> Plus : Twitter change ses règles concernant le harcèlement et les propos haineux