Accueil » Dossier » Ecodair : donnez une seconde vie à votre ordinateur

Ecodair : donnez une seconde vie à votre ordinateur

Image 1 : Ecodair : donnez une seconde vie à votre ordinateur

Ne jetez pas les ordinateurs

Un ordinateur qui n’est plus à la pointe de la technologie n’est pas pour autant obsolète. Il peut faire la joie d’un foyer ou d’une personne désireuse d’acquérir une machine à petit prix. La course au Gigahertz ne concerne en général qu’une petite partie des consommateurs. Cela se vérifie aisément par le succès sans précédent des netbooks. Mais ces petits ordinateurs portables sont encore trop chers pour certains. Aussi, pour satisfaire une plus large part de la population française, plusieurs entreprises se sont spécialisées dans le recyclage et la revente d’informatique d’occasion. Prix rasant le sol et équipements remis à neuf, voilà ce qu’elles proposent. Nous sommes allés à la rencontre de l’une d’entre elles : Ecodair.

Image 2 : Ecodair : donnez une seconde vie à votre ordinateur

Une entreprise issue d’une association

Ecodair a été créé en 2005. Située dans le 18ème arrondissement de Paris, elle propose aux entreprises et aux particuliers de récupérer leurs anciens ordinateurs afin de les remettre en état en vue d’une seconde vie de ces machines sur le marché informatique. Contrairement à une entreprise de recyclage classique, Ecodair possède un personnel particulier. En effet, depuis sa création, elle emploie des personnes atteintes d’un handicap psychique. Aujourd’hui, ce sont trois établissements juridiquement distincts qui cohabitent au sein d’Ecodair : une ESAT depuis 2004 (Établissement ou Service d’Aide au Travail), une EA depuis 2007 (Entreprise Adaptée) et une EI depuis 2008 (Entreprise d’Insertion).

Image 3 : Ecodair : donnez une seconde vie à votre ordinateur

Récupérer une partie de la taxe AGEFIPH

Les trois entreprises ont des tâches bien distinctes et adaptées aux compétences de chaque employé. Fin 2008, Ecodair comptait 36 travailleurs provenant de l’ESAT, l’EA et l’EI. Ceux-ci sont encadrés par 12 salariés, montant l’effectif total à 48 personnes qui redonnent vie à de « vieilles » machines électroniques. Depuis 1987, les entreprises de plus de 20 personnes sont tenues de compter 6% de personnes handicapées parmi leurs employés. La loi pour l’égalité des droits et des chances vient renforcer celle de 1987 en augmentant la taxe de l’Association pour la Gestion du Fonds d’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées (AGEFIPH) pour les entreprises qui ne suivent pas la règle. Aussi, les entreprises qui le souhaitent peuvent faire appel à Ecodair pour remettre leurs parcs informatiques en état. La prestation qui est payante, pourra être en partie déduite de la taxe AGEFIPH (FIPHFP pour la Fonction Publique).

Image 4 : Ecodair : donnez une seconde vie à votre ordinateur

Le parcours d’un PC chez Ecodair

Les employés d’Ecodair ne sont pas forcément informaticiens et pourtant ils manipulent des ordinateurs à longueur de journée. C’est par des formations et par intérêt pour ce domaine qu’ils se sont formés. Nous les avons suivis dans leur travail afin de connaître le parcours du matériel informatique dans les locaux d’Ecodair.

Image 5 : Ecodair : donnez une seconde vie à votre ordinateur

L’arrivée à l’entrepôt

Unités centrales, PC portables, écrans, claviers, souris ou encore imprimantes parviennent arrivent tout d’abord dans un grand entrepôt. Sur palettes, ces machines sont flashées dès leur arrivée dans l’entreprise. Au cours de leur remise à neuf, elles le seront entre 3 et 4 fois.

Image 6 : Ecodair : donnez une seconde vie à votre ordinateur

Le grand nettoyage

La seconde phase passe par la soufflerie. Cette petite pièce d’une quinzaine de mètres carrés est utilisée pour dépoussiérer le matériel. Une grosse hotte permet de dégrossir le travail sur une unité centrale, par exemple. Pour les finitions, les employés d’Ecodair ont recourt à un pistolet.

Image 7 : Ecodair : donnez une seconde vie à votre ordinateur

Mise au point matérielle

Une fois propre, la machine est ensuite complétée afin de tomber dans une configuration identique à celle du lot dont le PC provient. On lui rajoute de la mémoire vive, une carte Ethernet ou un disque dur. Pour passer cette étape, il faut néanmoins que la machine respecte une configuration minimale. Chez Ecodair, en 2009, les machines à base de Pentium IV sont reines. Le Pentium III a tiré sa révérence. Seuls quelques PIII « haut de gamme » sont conservés pour une éventuelle promotion. Par exemple, pour 4 PIV achetés, un PIII est offert, nous dit Hervé Baulme, directeur général d’Ecodair. Précisons qu’il subsiste tout de même une référence en PIII à 65 € sur le site de la société.

Image 8 : Ecodair : donnez une seconde vie à votre ordinateur

Test de la machine

Une fois complété et propre, l’ordinateur est testé. Laurent Coval, moniteur d’atelier, nous explique que pour cette partie, ils démarrent simplement l’ordinateur. S’il répond, cela suffit. Dans le cas où la carte-mère est défectueuse, elle peut être changée. À ce stade, l’ordinateur peut aussi être démantelé. 50% des machines entrant chez Ecodair subissent ce sort. En 2008, 190 tonnes de matériels ont été détruites après un passage chez Ecodair.

Image 9 : Ecodair : donnez une seconde vie à votre ordinateur

Chez Ecodair, rien ne se perd

Ce n’est pas parce qu’un ordinateur finit sa vie dans les locaux d’Ecodair qu’il ne sert plus à rien. Jusqu’au bout, l’entreprise utilisera ses composants. Ainsi, les radiateurs sont stockés en gros pour être ensuite revendus à des fonderies qui les retransformeront en métal. Cuivre et aluminium y passent donc. Même les câbles Ethernet sont conservés. « On récupère le cuivre qui est à l’intérieur », confie Laurent Coval. Il n’y a pas de petits profits.

Image 10 : Ecodair : donnez une seconde vie à votre ordinateur

Une plateforme de test originale

Après le test de la machine, certains éléments sont vérifiés séparément. Les barrettes de mémoire vive sont les premières sur le grill. Sur une plateforme de test improvisé, on découvre deux cartes mères sur lesquelles sont passées les barrettes de RAM. Si elles réussissent les tests de MemTest, elles repartent dans le circuit.

Image 11 : Ecodair : donnez une seconde vie à votre ordinateur

Rendre un disque dur plus vierge que vierge

Les disques durs subissent également un traitement de faveur. Les ordinateurs récupérés par Ecodair provenant régulièrement d’entreprises renouvelant leurs parcs informatiques, des données sensibles peuvent être contenues sur les disques durs. Afin d’effacer toute trace et de les rendre plus vierges que vierges, les supports de stockage sont passés à 3 ou 4 pass sous KillDisk. Outre l’effacement total, ce logiciel, gratuit, condamne l’accès à la récupération de données.

Image 12 : Ecodair : donnez une seconde vie à votre ordinateur

Installation du système

Remis à neuf matériellement, les ordinateurs sont ensuite équipés en logiciels. De Windows 2000 pour les plus anciens, on trouve du Windows XP sur les Pentium IV. Si l’ordinateur n’a pas de licence Windows en arrivant chez Ecodair, on lui en attribue une d’office. Cela est possible grâce à un accord entre Microsoft et Ecodair. Celui-ci autorise Ecodair à installer une licence officielle d’un système d’exploitation de Microsoft. Pour compléter cet OS, le pack Ecodair est déployé. Il regroupe de multiples logiciels Open Source ainsi qu’un antivirus payant.

Image 13 : Ecodair : donnez une seconde vie à votre ordinateur

Le stockage

Reconditionnés, les PC sont alors prêts à être stockés ou à partir à l’étranger. Les commandes peuvent provenir de France ou de l’étranger. Détail amusant, il paraîtrait que le Maroc ne jurerait que par Compaq et Dell. « Ils ne veulent pas autre chose », affirme Laurent Coval.

Image 14 : Ecodair : donnez une seconde vie à votre ordinateur

A côté des PC…

Mis à part les unités centrales, Ecodair traite également d’autres éléments de l’informatique. Ainsi, les écrans, les claviers, les souris, etc… suivent dans les grandes lignes les mêmes étapes que les unités centrales. Testés et nettoyés « à la brosse à dents », ces produits rejoignent par la suite l’entrepôt. Au sujet des périphériques, le pas est grand avec l’informatique actuelle. On trouve des écrans cathodiques, des claviers mécaniques ou encore des souris à boule. Pour ces dernières, une simple étape de nettoyage est nécessaire. L’avantage de l’ancienne informatique est que c’est résistant.

Image 15 : Ecodair : donnez une seconde vie à votre ordinateur

La garantie Ecodair

Le matériel vendu par Ecodair est garanti 6 mois retour atelier. Dans un premier temps, ils vont passer par le circuit classique. Si la panne n’est pas détectée lors de leur passage dans les divers ateliers, les machines vont être prises à part par des travailleurs de l’EI. Cette étape se solde par le changement d’un composant ou la réinstallation du système d’exploitation. Dans ce second cas, les données du client sont récupérées avec Easy Recovery.

Image 16 : Ecodair : donnez une seconde vie à votre ordinateur

Des PC pas chers

En définitive, avant d’être réintégré, un ordinateur coûte 100 € en moyenne à Ecodair. À côté de ce tarif, on croise celui de la revente. Il varie entre 65 € pour le Pentium III dont nous parlions plus haut et jusqu’à 240 € pour un PC portable. En 2008, Ecodair a vendu 3719 machines reconditionnées. L’entreprise du 18ème avait commencé avec 376 pièces écoulées en 2005. Les dons d’unités centrales a été de 6558 machines en 2008 contre 158 en 2005. À n’en pas douter, le lancement d’Ordi 2.0 par Éric Besson dans les locaux d’Ecodair en décembre dernier devrait donner un nouveau coup de fouet aux ventes des machines d’occasion pour l’année 2009.