Accueil » Actualité » Électrique et sans chauffeur, une DeLorean drifte gracieusement

Électrique et sans chauffeur, une DeLorean drifte gracieusement

Une DeLorean qui drifte, c’est bien. Une DeLorean électrique qui drifte sans personne au volant, c’est encore mieux. C’est ce que viennent de réaliser d’anciens étudiants de l’Université de Stanford, à voir en vidéo.

Image 1 : Électrique et sans chauffeur, une DeLorean drifte gracieusement

Un parcours avec des plots, des blocs de béton et des bottes de paille ne fait pas peur à Marty, la DeLorean électrique capable de drifter entre les obstacles.

Cette Delorean électrique drifte sans pilote

« Quitte à voyager dans le temps au volant d’une voiture, autant en choisir une qui ait de la gueule ». Ce sont surement ces mots qui ont poussé les membres du Dynamic Design Lab de l’Université de Stanford dans le choix du véhicule qu’ils allaient transformer en tant que premier véhicule de drift totalement autonome. Et il faut avouer qu’ils ont bien fait, la vidéo qu’ils viennent de publier est à couper le souffle.

Pendant 2 minutes, la DeLorean, surnommée Marty par l’équipe emmenée par Job Goh qui vient d’obtenir son doctorat en ingénierie mécanique, réalise un parcours parfait sans jamais cesser de faire fumer ses pneus arrière. Attention, ici on ne parle pas de Donuts, comme ceux qu’a tenté de faire ce conducteur ivre avant de finir sa course dans des Superchargers Tesla. Ici, on parle bien d’un parcours entier avec des passages de portes étroites et des virages obligeant la voiture à prendre des angles à près de 40°.

Vers un pilote automatique capable de se sortir des situations extrêmes

Mise à part la carrosserie en inox, comme le Cybertruck, la DeLorean n’a plus grand-chose d’origine. Son moteur thermique a été remplacé par deux moteurs électriques par les membres de l’équipe, puisque la version électrique annoncée en 2011 se fait toujours attendre. Elle dispose également d’arceaux de sécurité et d’une suspension spécialement conçue. Bien sûr, un actuateur est placé sur la colonne de direction afin de rendre la conduite automatique possible.

L’ensemble du parcours est réalisé grâce au positionnement GPS. Le but de l’équipe n’est pas seulement de fabriquer une voiture de drift, mais surtout de montrer qu’un logiciel de conduite autonome est capable de faire plus que de rouler en ligne droite sur l’autoroute, et peut permettre de s’adapter à toutes conditions météo et même sortir le conducteur de situations de conduite périlleuses. En attendant, on continuera à jouer avec le set Playmobil « Retour vers le Futur ».

Source : Motor1