Accueil » Actualité » En Lituanie, ce portail virtuel relie la capitale à une autre ville

En Lituanie, ce portail virtuel relie la capitale à une autre ville

Dans le contexte actuel de pandémie, Vilnius, la capitale de la Lituanie a installé un portail reliant ses habitants à ceux d’une ville polonaise à 600 km de distance.

Le concept de portail n’est pas quelque chose de nouveau dans la culture geek. Que ce soit le jeu vidéo Portal ou la série Stargate, le concept est le même, relier deux endroits distants par une porte permettant de se rendre instantanément ou presque du point A au point B.

Image 1 : En Lituanie, ce portail virtuel relie la capitale à une autre ville
Crédit : Go Vilnius

La technologie actuelle ne permet bien évidemment pas ce genre d’exploit. L’idée de ce projet est de créer un portail virtuel permettant de voir en temps réel ce qu’il se passe ailleurs dans le monde comme si les lieux étaient connectés.

Cela ressemble grandement à ce que veut faire Google avec son projet Starline. L’idée est de capturer ce qu’il se passe à un endroit à l’aide de caméras et de le projeter à un autre sur un écran. Ici, le fonctionnement est un peu différent, car il ne s’agit pas de reproduire le correspondant de la façon la plus réaliste possible, mais de simplement ouvrir une fenêtre sur le monde.

Ne pas se replier sur soi

Dans le contexte de pandémie actuel, beaucoup de pays ont fermé leurs frontières ou mis en place des restrictions. De même, de nombreuses personnes limitent leurs déplacements au strict nécessaire. Même si la situation semble revenir peu à peu à la normale (selon les pays), le COVID-19 risque de laisser des traces durables.

Même s’il est plus symbolique qu’autre chose, ce projet permet aux gens de “découvrir” un autre lieu, une autre culture et d’avoir une vue sur comment les choses se passent ailleurs. Si cela ne remplace jamais le déplacement et le contact visuel direct, l’idée est de rappeler qu’il faut rester ouvert aux autres.

L’importance de l’échange

Selon l’initiateur du projet, Benediktas Gylys, les grands défis rencontrés par l’humanité, tels que le réchauffement climatique, une partie des problèmes économiques, la discrimination des minorités “ne sont pas dus au manque de scientifiques, d’activistes, de leaders ou de technologies”. Au lieu de cela, il met en avant le renfermement, le manque d’empathie et la vision étroite que les gens peuvent avoir du monde.

L’idée était donc de créer un pont pour unifier deux peuples, deux cultures, au travers un petit espace d’échange. Ce projet a pris 5 ans et a permis à des équipes de pays différents de travailler ensemble pour connecter leurs villes et synchroniser leurs efforts.

Si l’équipe ne se fait pas d’illusion sur l’impact que ce portail aura, elle espère néanmoins l’apparition d’autres projets similaires permettant si le concept venait à se développer de rapprocher, au moins virtuellement, les différents peuples.

Source : theverge