Accueil » Actualité » Erreur 53, ou l’histoire des iPhone réparés par des clowns

Erreur 53, ou l’histoire des iPhone réparés par des clowns

Image 1 : Erreur 53, ou l’histoire des iPhone réparés par des clowns

La toile est en émoi depuis plusieurs jours autour d’une certaine « erreur 53 », qui permettrait à Apple de « détruire à distance » les téléphones. Dans les faits, les choses sont un peu plus complexes. The Guardian a en effet rapporté que certains téléphones, dont le capteur Touch ID a été remplacé par des boutiques non-agrées par Apple, se retrouvaient totalement hors d’usage après l’installation d’une mise à jour système. Mais cette erreur 53 n’est qu’un symptôme et le fait de vouloir mettre à jour son téléphone n’est pas à l’origine de la panne.

Apple a finalement réagi à l’article, expliquant : « Nous protégeons les données d’empreintes digitales en utilisant une enclave sécurisée, qui est associée de manière unique au capteur Touch ID. Lorsque le capteur Touch ID de l’iPhone est échangé par une boutique agrée Apple ou dans un Apple Store, l’appairage (entre le capteur et le téléphone) est revalidé. Cette vérification garantit que l’appareil et les fonctions d’iOS liées au Touch ID restent sécurisées. Sans cette synchronisation, un capteur Touch ID malveillant pourrait être substitué, capable d’accéder à l’enclave sécurité. Lorsqu’iOS détecte que l’association a échoué, le Touch ID, incluant Apple Pay, est désactivé de sorte que l’appareil reste sécurisé »

Concrètement, la firme justifie la mesure en assurant que c’est « pour votre sécurité » qu’il procède ainsi. Ceux qui se retrouvent avec des téléphones totalement hors d’usage ne s’en trouvent pas plus avancés, mais il est difficile de donner tort à la société pour autant. La faute incombe ici à certains réparateurs qui n’ont pas la moindre idée de ce qu’ils font. L’appairage du Touch ID est une manipulation connue des professionnels et si l’on peut reprocher à Apple de réserver la manipulation à ses boutiques ou les vendeurs agréés, ceux qui échangent les capteurs sans prévenir leurs clients de la bombe à retardement que représente le bouton réparé sont ici davantage responsables.

>>> Lire : Comparatif : quels sont les meilleurs smartphones ?