Accueil » Actualité » NASA enverra un robot sur la Lune à la recherche d’eau dès 2023

NASA enverra un robot sur la Lune à la recherche d’eau dès 2023

Fin 2023, la NASA va envoyer son robot d’exploration VIPER à la recherche de traces d’eau dans un cratère du pole sud de la Lune. Son but est de recherche la présence d’eau sur la Lune, qui pourrait être utilisée lors de futures missions humaines.

VIPER (pour Volatiles Investigating Polar Exploration Rover) est un robot de la NASA qui partira vers la Lune fin 2023. Cette mission s’inscrit dans le cadre du projet Artemis, dont le but est de renvoyer des hommes sur la Lune. VIPER va aider à créer une carte, qui pourrait à terme déterminer les chances que l’homme a de pouvoir habiter sur la Lune. C’est la fusée Falcon-Heavy de SpaceX qui enverra VIPER dans l’Espace. Il devrait alunir dans le cratère Nobile, sur le pole sud de la Lune, une région peu explorée jusqu’ici. VIPER fait la taille d’une voiturette de golf, et pèse à peine 440kg. Il est équipé de batteries solaires de 450 watts et peut se déplacer à une vitesse de 0,8km/h.

Le sol lunaire est-il aussi solide qu'il y parait? C'est VIPER qui nous le dira - Crédits : NASA
Le sol lunaire est-il aussi solide qu’il y parait? C’est VIPER qui nous le dira – Crédits : NASA

Une mission périlleuse dans un territoire largement inexploré

VIPER sera le premier robot mobile de la NASA à partir en mission sur la Lune. Son objectif est de rechercher des traces d’eau sur la Lune, en surface et dans les sols. VIPER devrait prélever trois échantillons du sol lunaire, comme ce que fait le robot Perseverance qui est sur Mars. Grâce à ces informations, les scientifiques pourront créer une carte, et cibler les endroits où de l’eau pourrait être présente pour l’utilisation humaine. L’objectif serait d’utiliser cette eau pour les futures missions, plutôt que d’amener de l’eau depuis la Terre.

Le robot va alunir sur le bord ouest du cratère Nobile, qui est dans une zone non exposée au soleil. La température y étant basse, certaines zones sont gelées. VIPER se veut agile et versatile : la nature du sol lunaire est incertaine, et il sera exposé à des écarts de température de l’ordre de 260°C, selon s’il se trouve sur un versant éclairé ou non par le soleil. La NASA a donc calculé un chemin qui permettra à VIPER d’être suffisamment au soleil pour recharger ses panneaux solaires, avant de se rendre dans une zone couverte. Sur les 93km² du cratère, il en explorera entre 16 et 24. La mission s’avère périlleuse, car les scientifiques ne disposent pas de suffisamment d’images de bonne qualité de cette zone.

Source: NASA