Accueil » Actualité » Et si les climatiseurs pouvaient produire de l’énergie ?

Et si les climatiseurs pouvaient produire de l’énergie ?

Une récente étude scientifique propose d’utiliser les systèmes de climatisation pour produire de l’énergie durable.

Image 1 : Et si les climatiseurs pouvaient produire de l’énergie ?

À l’heure où les gouvernements restent passifs voir même sceptiques face au changement climatique – à l’image de Trump qui a choisi de ne pas « croire » au réchauffement de la planète – les études scientifiques se multiplient pour essayer de développer des nouvelles technologies misant sur les énergies renouvelables.

On estime à 5 milliards le nombre de climatiseurs en fonctionnement dans le monde d’ici 2050. Des appareils qui certes améliorent le quotidien mais qui comme la plupart des objets et des appareils de notre quotidien utilisent des sources d’énergie d’origine fossile pour pouvoir fonctionner. Ces énergies émettent dans notre atmosphère une quantité énorme de dioxyde de carbone, ce qui bien sûr, augmente la température de la Terre. Qui dit réchauffement de la Terre dit hausse des températures et donc plus de climatiseurs et plus de besoins en énergie. Alors pourquoi pas transformer tous ces climatiseurs en machines à convertir le dioxyde de carbone qui se trouve dans l’air en combustible synthétique liquide. C’est l’idée qu’ont eu des scientifiques allemands : équiper les systèmes de climatisation d’une technologie leur permettant d’exploiter le pouvoir du dioxyde de carbone et de la vapeur d’eau de l’air ambiant pour  l’utiliser comme source durable de combustible.

En 2018 seulement, les activités humaines ont généré 37 milliards de tonnes de dioxyde de carbone dans notre atmosphère. L’étude suggère que les 25 000 supermarchés allemands pourraient à eux seuls capturer environ 1 000 tonnes de dioxyde de carbone par heure. Bien que le développement en soit encore à ses débuts, les scientifiques estiment que si tous les climatiseurs du monde étaient équipés de cette technologie, les émissions de CO2 pourraient être considérablement réduites.

Bien sûr, toute bonne idée vient avec ses défauts. L’un d’eux est évidemment le fait que les climatiseurs utilisent de l’électricité fournie par des énergies fossiles. À moins que tous ces climatiseurs n’utilisent de l’énergie provenant de sources d’énergie renouvelables comme le solaire, ce qui nécessiterait l’installation d’une quantité considérable de panneaux solaires. L’autre problème est celui du stockage de tout le combustible ainsi créé. Des défis qui nécessiteraient certes de grands changements dans nos sociétés, mais qui valent sûrement la peine d’être relevés.