Accueil » Actualité » Des membres de Facebook organisent un assaut contre la Zone 51

Des membres de Facebook organisent un assaut contre la Zone 51

Image 1 : Des membres de Facebook organisent un assaut contre la Zone 51

Plus d’un million de personnes ont déjà rejoint l’évènement Prenons d’assaut la Zone 51. Même si les réactions divergent, les autorités ne prennent pas la menace à la légère. Laura McAndrews, la porte-parole de l’armée de l’air américaine, décourage toute tentative d’intrusion. Comme il s’agit d’une base spéciale, les militaires ont le droit de tirer à vue. En février dernier, ils ont abattu un homme qui a pénétré dans la zone interdite.

Blague, buzz ou vrai projet ?

Les médias se sont intéressés à la page, amplifiant ainsi l’engouement suscité par le fait de braver un interdit. L’initiative peut paraitre plutôt bon enfant, de nombreux internautes ayant d’ailleurs publié des messages teintés d’humour. Les organisateurs de l’évènement ont saisi cette opportunité pour attirer l’attention sur leur T-shirt à l’effigie des ovnis. Pourtant, certains participants vont plus loin.

Les propositions de covoiturage, les demandes relatives au logement ou encore les questions sur la réaction des militaires se sont multipliées. Les observateurs se demandent alors si des gens comptent vraiment envahir la Zone 51 le 20 septembre prochain.

Rappelons que le secret entourant cette base attise la curiosité et qu’elle est l’objet de tous les fantasmes chez les ufologues. L’existence d’un programme consacré à l’analyse des « menaces anormales de l’espace aérien » renforce les convictions sur la présence d’aliens dans ce secteur.

Les militaires ont le droit de tirer et de tuer quiconque s’approche de la base

L’armée de l’air a instauré une zone sécurisée de 40 km autour de la base. Des barrières, des caméras et des détecteurs de présence préviennent les militaires en cas d’intrusion. Le panneau d’avertissement est explicite : Use of Deadly Force Authorized.  Autrement dit, les militaires ne se contenteront pas d’infliger une amende.

En février dernier, une voiture avait dépassé la limite et avait parcouru 13 km à l’intérieur de la zone. Les gardes avaient alors abattu le conducteur.

>>> L’armée américaine veut se passer de soldat pour appuyer sur la gâchette