Accueil » Actualité » Facebook a utilisé une app de reconnaissance faciale sur ses employés

Facebook a utilisé une app de reconnaissance faciale sur ses employés

Facebook a testé en interne une application de reconnaissance faciale permettant d’obtenir l’identité d’une personne juste en la pointant avec un smartphone.

Si la position de Facebook concernant la reconnaissance faciale a récemment changé, son enthousiasme pour cette avancée technologique est peut-être allée trop loin par le passé. C’est ce que révèle Business Insider, qui a découvert que Facebook avait développé entre 2015 et 2016 une application mobile interne qui utilisait la reconnaissance faciale pour identifier en une fraction de seconde les employés et leurs amis.

Image 1 : Facebook a utilisé une app de reconnaissance faciale sur ses employés

Sur cette application mobile jamais proposée au public, il suffisait de pointer le téléphone vers quelqu’un pour obtenir son nom et sa photo de profil. Une « façon pratique de retrouver le nom d’un collègue que vous aviez rencontré lors d’une fête », selon ses concepteurs. Sauf qu’avec suffisamment de données en mémoire, une telle application aurait permis d’identifier n’importe qui sur Facebook… et pas seulement les employés de la firme.

Un porte-parole de Facebook s’est défendu en affirmant que cette application mobile strictement interne ne pouvait détecter « que les employés et leurs amis qui avaient activé de leur côté la reconnaissance faciale ». Loin d’être destinée à être utilisée à des fins intrusives, voire d’espionnage, l’application a été conçue comme un « moyen d’en savoir plus sur les nouvelles technologies », a ajouté ce porte-parole. Depuis, l’application a été abandonnée… mais il n’est pas certain que Facebook ait totalement laissé tomber la reconnaissance des visages de ses utilisateurs. Il testerait en effet en ce moment un nouvel outil de reconnaissance faciale pour éviter la multiplication de faux comptes.

Facebook fait régulièrement parler de lui à cause de fuites de données personnelles, un domaine on ne peut plus sensible qui a conduit le Sénat américain à taper du poing sur la table en convoquant Mark Zuckerberg. Le réseau social fait aussi face à un recours collectif dans l’État de l’Illinois (où se trouve Chicago, troisième ville des États-Unis) concernant des allégations selon lesquelles il aurait justement collecté des données de reconnaissance faciale sans autorisation.

C’est pourquoi Facebook a pris récemment un virage plus rigoureux en matière de protection de la vie privée. Pour montrer sa bonne volonté dans ce domaine, il a lancé voici quelques jours un site internet dédié à la protection de la vie privée et des données personnelles.

Source : Business Insider