Accueil » Actualité » « Mort envahisseurs russes ! », Facebook autorise les posts violents

« Mort envahisseurs russes ! », Facebook autorise les posts violents

Facebook modifie temporairement son règlement pour autoriser certains appels à la violence contre la Russie suite à l’invasion de l’Ukraine. Des posts violents tels que « mort aux envahisseurs russes » sont donc autorisés sur le réseau social.

Suite à l’invasion russe de l’Ukraine, Facebook prend la décision d’autoriser des formes d’expression politique qui serait d’habitude en violation de ses règles. Ces formes d’expression politique peuvent être des discours très violents, appelant à la « mort aux envahisseurs russes », a confirmé le réseau social qui est bloqué en Russie depuis la semaine dernière.

Logos de Facebook et Meta
Logos de Facebook et Meta – Crédit : Dima Solomin / Unsplash

Répondre aux violences en Ukraine par de la violence est une décision plutôt inattendue de la part de Facebook. La plateforme est souvent critiquée pour le contenu choquant et violent qui arrive à passer à travers les mailles du filet de la modération. Facebook a cependant toujours assuré être très vigilant envers les posts haineux, choquants et violents en se servant notamment de l’intelligence artificielle. Néanmoins, il n’hésite pas aujourd’hui à inciter ses utilisateurs à la violence.

À lire aussi > Ukraine : Netflix, Epic, Twitter… tout ce que les Russes ne peuvent plus faire sur Internet

Facebook autorise aussi les posts appelant à la mort de Vladimir Poutine

Le porte-parole Andy Stone de Meta, anciennement appelé Facebook, a partagé le communiqué de l’entreprise dans un tweet. Meta a déclaré que : « à la suite de l’invasion russe de l’Ukraine, nous avons temporairement autorisé des formes d’expression politique qui violeraient normalement nos règles, comme des discours violents tels que ‘‘mort aux envahisseurs russes’’. Nous n’autoriserons toujours pas les appels crédibles à la violence contre les civils russes ».

Les utilisateurs ont donc le droit de se montrer violents envers le Kremlin et les militaires russes, mais pas les civils. Néanmoins, comme certains internautes le craignent, la ligne est très fine entre les deux et elle pourrait être facilement franchie. Si cela est le cas, les citoyens russes pourraient être victimes de cyberharcèlement. D’ailleurs, cette mesure prise par Meta concerne aussi Instagram en plus de Facebook.

L’ambassade de Russie aux États-Unis qualifie cette décision de Facebook comme étant une déclaration de guerre de l’information contre la Russie. D’après Reuters, Facebook a aussi autorisé des posts appelant à la mort du président russe Vladimir Poutine ou du président biélorusse Alexandre Loukachenko. Les appels à la mort sont tout de même interdits s’ils mentionnent le lieu ou la manière de mourir, ce que Meta décrit comme « deux indicateurs de crédibilité ».

Source : CNET