Accueil » Actualité » Facebook demande pardon pour ses erreurs de modération

Facebook demande pardon pour ses erreurs de modération

Image 1 : Facebook demande pardon pour ses erreurs de modération

On se doute bien qu’avec toute la bonne volonté du monde, modérer une communauté en ligne de plus de 2 milliards d’internautes n’est pas une mince affaire. Facebook emploie une équipe de 7500 modérateurs de contenu pour remplir cette tâche, aidés dans leur fonction par des algorithmes. Ils écument des milliers de messages inopportuns, qui vont de la propagande terroriste violente à des images d’enfants maltraités. Il n’est donc pas étonnant que parfois certains contenus passent entre les mailles du filet. Le site ProPublica a relevé les oublis ou erreurs les plus flagrants après avoir soumis 50 articles à la sagacité des modérateurs (et logiciels de modération) de Facebook.

L’association non gouvernementale a ainsi envoyé à Facebook un échantillon de 49 articles contenant des discours haineux en plus de quelques autres parfaitement légitimes. Après analyse, Facebook a admis s’être trompé sur l’évaluation de 22 articles. Dans 6 cas sur les 22, la firme de Mark Zuckerberg rejette la faute sur les utilisateurs, qui n’auraient pas correctement labellisé leurs posts, et dans 2 autres cas, l’entreprise a affirmé ne pas posséder assez d’informations pour pouvoir prendre une décision. En revanche la compagnie n’a pas censuré (voire a confirmé) 19 posts contenant une rhétorique sexiste, anti-musulmane ou raciste.

Justin Osofsky, Vice-Président de Facebook déclare : « Nous sommes désolés pour les erreurs que nous avons commises. Nous devons faire mieux.” Le Vice-Président a ensuite révélé le plan de la compagnie d’engager plus de 12000 modérateurs supplémentaires dès l’année prochaine. Il a ajouté que Facebook efface 66000 posts à caractère haineux chaque semaine.

En plus de ses efforts pour endiguer la désinformation sur son réseau social, Facebook a aussi mis en place des outils de lutte contre les contenus violents ou sensibles : ils avaient lancé au mois d’avril un mécanisme de lutte contre le “revenge porn” en plus d’une fonctionnalité pour bloquer les harceleurs.