Accueil » Actualité » Facebook : des centaines de millions de mots de passe étaient librement accessibles

Facebook : des centaines de millions de mots de passe étaient librement accessibles

Image 1 : Facebook : des centaines de millions de mots de passe étaient librement accessibles

Les semaines se suivent et se ressemblent un peu chez Facebook. Aujourd’hui, c’est la compagnie de sécurité UpGuard qui affirme avoir découvert deux bases de données contenant les informations personnelles de centaines de millions d’utilisateurs de Facebook. Celles-ci étaient librement accessibles à qui possédait le savoir-faire et le désir de les télécharger à partir du service Amazon S3.

>>> Le fondateur de WhatsApp persiste et signe : vous devriez vraiment effacer votre compte Facebook

Les chercheurs ont découvert que deux applications Facebook ont laissé fuir les informations de leurs utilisateurs. La première, et la plus massive, avec un fichier de 146 Go, a dévoilé les commentaires, likes, réactions, noms de compte et autres identifiants de 540 millions d’utilisateurs. La deuxième application fautive s’appelle « At the pool ». Elle a donné accès à toutes les informations personnelles de 22 000 utilisateurs, mots de passe y compris. Lesdits mots de passe sont uniquement ceux utilisés pour accéder à l’application, mais à en croire UpGuard, les internautes qui utilisent toujours les mêmes mots de passe courent tout de même le risque de se faire hacker.

Les chercheurs d’UpGuard déclarent : « le point commun entre ces deux ensembles de données est qu’ils contiennent tous deux des données (accessibles aux développeurs tiers) qui décrivent les intérêts, relations et interactions d’utilisateurs de Facebook. À l’heure où Facebook est soumis à l’examen public à propos de sa gestion des données des utilisateurs, on voit que la compagnie fait des efforts pour limiter l’accès à ces informations. Mais comme ces fuites le démontrent, on ne peut pas “remettre le génie dans sa lampe”. Les données des utilisateurs de Facebook se sont répandues bien au-delà des limites de ce que Facebook peut contrôler ».