Accueil » Actualité » Facebook dissimule un rapport compromettant

Facebook dissimule un rapport compromettant

Sous fond de tension politiques et de COVID-19, Facebook préfère dissimuler les informations fâcheuses.

Facebook a pris la décision de ne pas publier de rapport sur le contenu le plus consulté au cours des trois premiers mois de l’année. Ce choix est justifié par la crainte que les données ne donnent une mauvaise image de l’entreprise, a rapporté vendredi le New York Times. Ce n’est pas la première fois que Facebook a du mal à jouer franc-jeu, rien de nouveau donc.

Crédit : Anton, Pexels
Crédit : Anton, Pexels

Le journal américain a tiré certaines informations de mails internes. Informations stipulant qu’Alex Schultz, vice-président de l’analyse et directeur du marketing de Facebook, ainsi que d’autres dirigeants ont hésité à publier le rapport. Ils se sont questionnés sur la nocivité du contenu du rapport pour l’image de l’entreprise.

Dissimulation politique

Le New York Times a obtenu une copie du rapport. Celui-ci établit que le lien le plus consulté du trimestre pourrait pousser à l’hésitation face au vaccin contre le COVID-19. En effet, son titre disait : « Un médecin « en bonne santé » est décédé deux semaines après avoir reçu un vaccin contre le COVID-19 ; Le CDC étudie pourquoi ». Article publié par The South Florida Sun Sentinel puis republié par The Chicago Tribune. De plus, Epoch Times, un média conservateur, était également la 19e page la plus populaire de la plateforme.

« Nous avons envisagé de rendre le rapport public plus tôt, mais comme nous savions l’attention qu’il attirerait, exactement comme nous l’avons vu cette semaine, nous voulions apporter des correctifs au système », a déclaré le porte-parole de Facebook, Andy Stone, dans un communiqué. Stone a également voulu protéger Schultz, déclarant que celui-ci avait « plaidé pour la publication du rapport ». Facebook est souvent impliqué dans les affaires politiques, et souvent accusé d’être trop d’un côté, ou trop de l’autre. Ce n’est pas la première fois que le réseau social se voit accusé.

Cette histoire n’est pas sans rappeler que l’administration Biden elle-même avait demandé à Facebook de lutter contre le scepticisme entourant les diverses mesures contre la pandémie de Coronavirus.

Source : CNET