Accueil » Actualité » Facebook veut payer pour voir

Facebook veut payer pour voir

Le réseau social a annoncé le lancement d’une application qui lui permettra de suivre et analyser l’utilisation de votre smartphone en échange d’une rémunération.

Image 1 : Facebook veut payer pour voir

Facebook veut à nouveau espionner ses utilisateurs. Mais cette fois, ils seront au courant et rémunérés pour cela.

Le réseau social est à la recherche de participants pour une nouvelle étude. Il recrutera d’abord des utilisateurs américains et indiens, mais devrait s’étendre prochainement à d’autres pays. Le montant de la rémunération est pour l’instant inconnu. Il devrait s’agir d’un paiement mensuel effectué sur le compte PayPal des participants.

La firme de Zuckerberg s’apprête à lancer une application baptisée « Study ». Ce programme collectera des données sur les habitudes d’utilisation des consommateurs vis-à-vis des applications Android.

L’objectif pour Facebook est de « comprendre comment les gens utilisent les différents produits et services », explique le communiqué officiel. La société se servira de ces informations pour identifier les applications et fonctionnalités concurrentes les plus populaires.  Des informations qui lui permettront de développer ses propres produits et stratégies marketing.

Pour participer à cette étude rémunératrice, il faut être sélectionné par Facebook via des publicités en ligne. Les utilisateurs sont invités à cliquer sur la publicité en question. Le site partenaire Applause les informera ensuite des termes et conditions de la recherche. Il leur proposera alors de télécharger l’application Study. Les données collectées incluront les applications et appareils utilisés, le temps passé sur chaque application, la localisation, etc.

Un nouveau bâton pour se faire battre ?

Facebook est toujours au coeur d’innombrables scandales liés à la sécurité des données. Le réseau social veut donc rassurer les futurs participants. Il affirme ainsi que le respect de la vie privée et la transparence seront au centre de ses préoccupations. Aucun mot de passe, identifiant ou message privé ne serait collecté dans le cadre de l’étude, selon ses propos. Il a également précisé que des notifications seraient envoyées régulièrement aux participants pour leur rappeler que des informations sont collectées. L’utilisateur pourra mettre fin à ce programme à tout moment.

>>> 

Thèmes : ,