Accueil » Actualité » Facebook et Twitter se mettent à la blockchain pour plus de sécurité

Facebook et Twitter se mettent à la blockchain pour plus de sécurité

La blockchain est un registre partagé, accessible à tous et immuable au sein d’un réseau distribué. Protégé par des techniques cryptographiques, il assure transparence et inviolabilité. C’est pourquoi les entreprises s’y intéressent de plus en plus.

Image 1 : Facebook et Twitter se mettent à la blockchain pour plus de sécurité

À la fin des années 2000, la blockchain et le bitcoin ont été conçus pour se débarrasser des grandes institutions, et de leur fonctionnement centralisé. Aujourd’hui, paradoxalement, c’est l’ensemble du monde de la tech qui pourrait se convertir à cette technologie. A titre d’exemple, Twitter a annoncé qu’il allait peut-être décentraliser le réseau social grâce à la blockchain.

Jack Dorsey, le patron de Twitter, a expliqué dans un communiqué : « Nous sommes confrontés à de nouveaux défis que les solutions centralisées ont à relever. Par exemple, l’application de la politique mondiale de lutte contre les fake news. La blockchain propose une série de solutions décentralisées pour un hébergement ouvert et durable ». Ce chantier devra probablement durer plusieurs années, mais il pourra à terme devenir la norme pour les réseaux sociaux. 

le Bitcoin est maintenant enseigné au lycée

Facebook veut avoir son propre bitcoin

De son côté, Facebook a annoncé en début d’année qu’il allait développer une cryptomonnaie. Cette nouvelle devise, nommée « Libra », a révélé aux Etats la réalité des menaces que représenterait pour eux une adoption des crytomonnaies. Les États, et plus précisément les banques centrales, envisagent de soumettre cette monnaie à une régulation extrêmement sévère. La France réfléchit même à son interdiction. Pour rassurer les régulateurs, Facebook a expliqué les trois atouts de son système blockchain. 

Tout d’abord, Libra va proposer le même système de « pseudonymat » : le registre ne contiendra aucune indication sur l’identité des parties à une transaction. Il existera ensuite des procédés de « réidentification » pour afficher l’historique. Ensuite, pour assurer la stabilisation de la monnaie, Facebook prévoit d’arrimer Libra à une réserve d’actifs réels provenant de banques centrales stables, comme la FED ou la BCE. On verra si ça convaincra les régulateurs. En réalité, la vraie partie se jouera lors de la phase d’adoption, où la position des grands sites marchands (Amazon, Google, Alibaba, Ebay) sera déterminante. 

Visa, MasterCard & Ebay quittent le projet Libra

Source : TheWired