Accueil » Actualité » Facebook condamné à payer 5 milliards de dollars d’amende

Facebook condamné à payer 5 milliards de dollars d’amende

La FTC a condamné Facebook à verser une amende de 5 milliards de dollars pour manquement à la protection des données personnelles. Le montant est impressionnant mais la sanction est jugée trop légère et fait déjà débat.

Image 1 : Facebook condamné à payer 5 milliards de dollars d’amende

LA FTC (Federal Trade Commission) a condamné cette semaine Facebook à payer une amende record de 5 milliards de dollars (soit 4,43 milliards d’euros).

Cette décision vient conclure les nombreuses enquêtes dont le groupe a fait l’objet depuis le scandale Cambridge Analytica. Facebook est accusé d’avoir partagé des données personnelles de ses utilisateurs sans avoir obtenu leur consentement explicite.

Cette sanction historique est cependant déjà très critiquée. La somme à verser semble certes vertigineuse mais la firme de Zuckerberg ne sera que peu impactée. La société avait annoncé en avril dernier avoir déjà mis de côté 3 milliards de dollars en prévision de l’amende. Les deux milliards restants ne devraient pas non plus être difficiles à ajouter. Les bénéfices du groupe ont en effet atteint 22 milliards de dollars en 2018.

Des restrictions trop légères

De nombreux politiques et associations de consommateurs américains réclament depuis des mois des sanctions plus lourdes à l’encontre de Facebook. Cette annonce a donc fait beaucoup de déçus. Certains dénoncent le fait que les restrictions qui accompagnent l’amende soient trop légères et ne garantissent pas une bonne protection de la vie privée des utilisateurs. « Seules des réformes structurelles, comportementales et de direction peuvent freiner Facebook et le rendre responsable », a déclaré un sénateur démocrate sur Tweeter.

La classe politique ne compte donc pas en rester là. La Chambre des représentants américains a lancé en juin une nouvelle enquête anti-trust contre Facebook, Google, Amazon et Apple. Une première audition aura lieu mardi.

>>> Facebook crée une machine à multiplier les applications