Accueil » Actualité » Facebook se défend d’être mauvais pour la santé psychique des adolescents

Facebook se défend d’être mauvais pour la santé psychique des adolescents

Facebook fait parler de lui depuis qu’il a amorcé la création d’une version d’Instagram adressée aux adolescents. Face à la pression des instances démocratiques américaines, Facebook a lancé une étude sur l’impact de son application sur ce public. Récemment, le Wall Street journal s’est saisi de deux éléments de cette étude.

La pression médiatique subie par Facebook est importante, alors qu’aujourd’hui ses représentants doivent être entendus par le Congrès américain. Ils devront s’exprimer sur les effets de Facebook et Instagram sur la santé psychique des enfants. Leur étude amorcée en mars 2021 semble contenir des éléments caractérisant une nocivité pour les adolescentes. La création d’un Instagram dédié aux adolescents est très controversée, alors que Facebook tente de rattraper ses concurrents mieux placés sur ce marché.

Instagram aggrave-t-il le mal-être des adolescents ?
Instagram aggrave-t-il le mal-être des adolescents ? – Crédit : Unsplash/Luke Porter

« Pour les 32% des adolescents rapportant se sentir mal à propos de leur corps, Instagram aggrave leur sentiment ».  C’est l’information tirée de l’étude en question, qui, rapportée par le Wall Street Journal a fait l’effet d’une bombe. Facebook s’est trouvé alors forcé de réagir avant même son audition par le congrès et a publié une note publique. Puis hier  ils ont diffusé deux présentations exhaustives de leur étude, afin de décrire en détail leurs méthodes, objectifs, résultats et interprétations.

Facebook joue la carte de la transparence

Ce souci de transparence est bien entendu majoritairement adressé aux médias. Facebook ne contredit pas l’information rapportée par le Wall Street Journal, mais rappelle que 22% semblent bénéficier d’un impact positif, alors la majorité ne serait pas impactée. Il ne manque d’attirer l’attention sur le fait que les 11 autres catégories seraient impactées plus positivement. Ainsi Facebook affirme avoir mené cette étude non pour prouver le bien-fondé de ses applications, mais pour avoir l’opportunité de les améliorer.

Que promet Facebook pour améliorer son impact sur les jeunes ?

  • L’introduction de nouvelles ressources pour aider ceux qui présentent des difficultés quant a leur image corporelle, et la possibilité de rapporter des contenus relatifs aux troubles de l’alimentation
  • La suppression des contenus relatifs aux suicides
  • Le lancement de Restrict, permettant aux personnes de se protéger contre le harcèlement sans peur de représailles
  • Ils travaillent sur l’idée d’intervenir dans le cas où certains individus sont trop centrés sur des sujets négatifs, en leur proposant d’autres contenus plus positifs.

Facebook ne cesse d’être surveillé par les autorités américaines. En cause son pouvoir d’influence évidant sur l’individu. Il inquiète notoirement en politique. Et concernant sa gestion des contenus politisés, Facebook est cette fois-ci accusé de ne pas fournir toutes les informations aux enquêteurs.

Source : The Verge