Accueil » Actualité » Une faille de Facebook a permis à des milliers d’enfants de discuter avec des inconnus

Une faille de Facebook a permis à des milliers d’enfants de discuter avec des inconnus

Image 1 : Une faille de Facebook a permis à des milliers d'enfants de discuter avec des inconnus

Destinée aux enfants âgés de moins de 13 ans, Messenger Kids offre aux parents un moyen de contrôle sur les discussions de leur progéniture. Les utilisateurs échangent seulement avec les contacts autorisés. Pourtant, un défaut de conception a permis aux membres de contourner cette restriction. Ils ont pu ainsi discuter avec des inconnus au sein des chats de groupe.

Quand la plateforme a remarqué l’existence de la faille, elle a tout de suite supprimé les groupes. Elle a aussi averti les parents, sans lancer pour autant une communication officielle.

Nos confrères de The Verge ont récupéré un message adressé aux utilisateurs. Les responsables de la plateforme reconnaissent l’existence d’une erreur. Ils ont alors désactivé ces chats et surtout, ils ont pris leurs précautions pour que ce genre de situation ne se reproduise plus.

Un nouveau problème à gérer pour Facebook

La plateforme a envoyé ce message à des milliers de parents. Elle souligne que le problème concernait « un petit nombre de groupe de discussions. » L’explication du problème est simple : la restriction est efficace lors des échanges entre deux personnes. En revanche, le système est submergé lorsque le nombre de participants est plus élevé. Ainsi, il n’a plus réussi à gérer les interdictions.

Facebook n’a pas précisé depuis combien de temps cette faille était présente. L’application, quant à elle, existe depuis décembre 2017.

Si certaines sociétés civiles ont déjà accusé le géant des réseaux sociaux de collecter les données personnelles des utilisateurs, Messenger Kids est soumis à la loi COPPA (Children’s Online Privacy Protection Act), censée davantage protéger les enfants.

Bref, il s’agit d’une nouvelle épine dans le pied de la compagnie.

>>> Facebook condamné à payer 5 milliards de dollars d’amende