Accueil » Actualité » FedEx veut des lasers anti-missiles sur ses avions-cargos

FedEx veut des lasers anti-missiles sur ses avions-cargos

Aussi étonnant que cela puisse paraître, FedEx a demandé l’autorisation à la FAA d’installer des lasers anti-missiles sur ses avions-cargos, pour lui permettre d’opérer avec une plus grande confiance dans les régions du monde que la société juge dangereuses.

FedEx
Boeing FedEx © FedEx

On ne rigole plus chez FedEx. La compagnie aérienne, basée à Memphis et spécialisée dans le transport international de fret depuis 1971, indique, dans un document destiné à la Federal Aviation Administration (FAA), qu’elle souhaite désormais protéger ses avions-cargos d’attaques terroristes (ou de tirs de missiles inopinés).

Dans les grandes lignes, FedEx veut équiper sa flotte mondiale actuelle de 650 avions — majoritairement des Airbus A321-200 — d’un système de défense antimissile à lasers infrarouges, dans le but de contrecarrer d’éventuelles attaques de missiles à guidage thermique.

À lire : FedEx a-t-il piqué le courrier de Huawei ?

Un système de défense antimissile installé sur les avions de FedEx

« Ces dernières années, lors de plusieurs incidents à l’étranger, des avions civils ont été la cible de systèmes de défense aérienne portables » a déclaré la FAA dans le document relatif à la question. « Cela a conduit plusieurs entreprises à concevoir et à adapter des systèmes comme un système de défense antimissile à base de laser pour une installation sur des avions civils, afin de protéger ces avions contre les missiles à guidage thermique », précise la FAA.

« Le système de défense antimissile de FedEx dirige l’énergie laser infrarouge vers un missile entrant, dans le but d’interrompre son guidage thermique vers l’avion » précise le document.

À lire : Google Wing s’associe à FedEx et Walgreens pour livrer par drone

En 2003, un missile sol-air avait frappé l’aile d’un avion-cargo de DHL, peu après son décollage de Bagdad. Mais parmi les cas tragiques d’avions civils touchés directement par des missiles, nous pensons bien évidemment au dramatique vol Malaysia Airlines 17, qui aura été abattu au-dessus de l’Ukraine en 2014, avec 298 passagers et membres d’équipage à son bord. Plus récemment encore, l’attaque du vol Ukraine International Airlines 752, abattu le 8 janvier 2020 par erreur et par la défense anti-aérienne iranienne, peu après son décollage de Téhéran, avec 178 personnes à son bord.

Si FedEx avait soumis cette demande en 2019, la FAA vient tout juste de la rendre publique. Elle va désormais passer par une longue phase de commentaires publics, d’une durée de 45 jours, après quoi la FAA devrait publier sa décision. L’agence gouvernementale, chargée des réglementations et des contrôles concernant l’aviation civile aux États-Unis, devra s’assurer de la sécurité de ce système avant d’approuver (ou non) la demande.

Source : Federal Aviation Administration