Accueil » Actualité » Free et YouTube : à qui la faute si les débits sont minis ?

Free et YouTube : à qui la faute si les débits sont minis ?

Image 1 : Free et YouTube : à qui la faute si les débits sont minis ?

Les abonnés Free qui utilisent YouTube en soirée sont accoutumés aux débits insuffisants, et ce, depuis de nombreux mois. L’affaire est tellement importante que l’UFC Que Choisir a décidé de saisir l’Arcep et la DGCCRF.

Le but de l’opération est de découvrir qui de Google ou Free est responsable de la dégradation de la connexion aux heures de pointe. Xavier Niel, PDG de Free, a indiqué dans les colonnes du quotidien Libération que les tuyaux d’interconnexion étaient effectivement pleins aux alentours de 18 h et 19 h. En solution, il « invite les gens qui ont des problèmes avec YouTube à s’apercevoir que sur Dailymotion, souvent, il y a les mêmes vidéos ». Le service de vidéo en streaming ne présente pas les mêmes problèmes que YouTube du fait qu’il engrange beaucoup moins de trafic. De son côté, Google ne veut pas financer le trop-plein de connexions vers son service.

Google prêt à faire un effort

Néanmoins, il veut bien soulager la machine en installant des serveurs-caches chez les fournisseurs d’accès. Dès lors, les données n’auront plus à transiter et arriveraient directement à l’internaute. Mais voilà, les intéressés se refusent à ouvrir leurs portes à Google. Deux raisons sont invoquées. Ils souhaitent rester maîtres de leurs réseaux et ont leurs propres services de réplication de contenus à revendre.

Maintenant, il faut que Google ou Free saisisse directement l’Arcep, sans quoi le régulateur des télécoms ne pourra pas ouvrir de procédure de règlement de différend. En attendant, Dailymotion fonctionne parfaitement à toute heure.