Accueil » Actualité » Free : le raz-le-bol d’UFC Que Choisir

Free : le raz-le-bol d’UFC Que Choisir

Le deuxième opérateur Internet en France a traversé quelques déboires jusqu’à maintenant. Alors que les choses semblaient, en apparence, s’arranger, voilà que Free se retrouve à nouveau face aux associations de consommateur, notamment l’UFC Que Choisir, qui n’en peut plus de voir ses antennes locales assaillies par des clients mécontents de l’opérateur.

Free donne trop de travail à l’UFC Que Choisir

Il y a effectivement matière à se poser des questions lorsqu’on sait qu’en France, Free est responsable d’une plainte sur deux, selon ce que rapporte l’AFUTT (association française des utilisateurs des télécommunications). C’est donc maintenant l’UFC Que Choisir qui exprime son raz-le-bol envers l’opérateur, expliquant qu’“il n’est plus acceptable qu’un opérateur provoque l’envahissement des permanences « litiges » des associations locales de l’UFC Que Choisir. Une grande partie des problèmes rencontrés dans le secteur des nouvelles technologies a pour origine cette société.” L’association de consommateurs serait en effet submergée par le nombre de clients mécontents envers l’opérateur et ses manquements, qui semblent malgré tout nombreux. “Tandis que l’absence ou les interruptions de fourniture du service se multiplient, les consommateurs sont dans l’impossibilité de trouver un interlocuteur pour répondre à leurs demandes légitimes. Pire, l’opérateur s’obstine à vouloir percevoir, malgré ses propres manquements, le prix de l’abonnement. Il y procède par prélèvements forcés ou en ayant recours aux services de sociétés spécialisées dans le recouvrement qui exercent une pression illégitime et donc scandaleuse sur les consommateurs”.

Un litige sans fin

L’UFC Que Choisir n’hésite donc pas à dénoncer les pratiques qu’elle trouve illégitime chez Free et somme l’opérateur de “revoir son comportement et ses pratiques commerciales” sous peine “d’une intensification de la campagne judiciaire lancée ce jour, sur tout le territoire français”. Du côté de Free, la consternation semble générale, dans la mesure où l’opérateur affirme avoir fait beaucoup d’efforts ces derniers mois et ne compte pas une majorité de consommateurs mécontents parmi ses clients.

Source : Tom’s Hardware