Accueil » Actualité » Free Mobile : la qualité du réseau toujours pas au rendez-vous

Free Mobile : la qualité du réseau toujours pas au rendez-vous

Image 1 : Free Mobile : la qualité du réseau toujours pas au rendez-vousÀ cause d’un réseau construit à l’économie, l’opérateur Free Mobile accuserait un retard sur la qualité de son réseau mobile. C’est ce que révèle le magazine Capital. Des tests ont été commandés au cabinet Directique, dont les résultats ne sont pas flatteurs vis-à-vis du quatrième opérateur.

Des chiffres peu valorisants

Plusieurs informations ressortent de l’étude de Directique. Premièrement, la téléphonie : d’après les tests, Free serait toujours en retrait par rapport aux autres opérateurs. Lors des essais, le taux d’échec des appels est largement supérieur à celui des concurrents : 2,4% au total, contre 0,8% chez Orange, 0,6% chez SFR et 1,2% chez Bouygues Telecom. Contrairement aux premiers chiffres divulgués il y a quelques mois, le taux d’échec des appels n’explose pas aux « heures de pointe », c’est-à-dire entre 18h et 21h.

Viens ensuite la question du téléchargement de fichiers. Toujours d’après les tests, le taux d’échec atteindrait 10%, contre 1% chez Orange, Bouygues et SFR. Et lorsque ces transferts aboutissaient, le débit moyen constaté était encore inférieur à la concurrence. Notons que le débit est cependant meilleur lorsqu’il est mesuré sur les antennes de Free Mobile par rapport à celles dédiées à l’itinérance par Orange. En revanche, la surprise vient également des débits de Bouygues Telecom, sous la barre de 1 Mbit/s là où Orange et SFR sont au-dessus avec 1,19 Mbit/s.

Image 2 : Free Mobile : la qualité du réseau toujours pas au rendez-vousCrédit : Capital

Free Mobile n’aura pas tardé à réagir auprès de l’AFP, en parlant de « gros doutes sur la méthodologie ». Les tests sont bien détaillés par le cabinet Directique. Pour la partie téléphonie, ils indiquent avoir lancé 2 500 appels, par réseau, vers les messageries des opérateurs. Les valeurs ont été relevées dans les villes de Paris et Lyon durant une semaine complète (du 24 au 29 mai à Paris, les 29 et 30 mai à Lyon). En ce qui concerne la data, 3 692 tentatives de téléchargement d’un fichier de 2 Mo ont été lancées avec l’application MobiSpeed, entre le 24 et le 30 mai à Paris et Lyon. Enfin, le téléphone utilisé était un Samsung Wave.

Un problème de structure ?

Selon Capital, ces performances au rabais sont la conséquence de certains choix économiques. Selon un expert des réseaux télécoms interrogé par le magazine, les antennes mobiles seraient reliées à leur cœur de réseau par des câbles en cuivre ADSL plutôt qu’en fibre optique comme Orange ou SFR. Avec les conséquences que l’on connaît, à savoir des débits fortement réduits.

Avec la quantité de nouveaux clients et en dépit des tarifs low-cost pratiqués par l’opérateur, les rentrées d’argent devraient être suffisantes pour multiplier les investissements. La qualité du service est en jeu et si les utilisateurs n’ont pas hésité à changer d’opérateur pour des raisons tarifaires, ils sont également susceptibles de le faire pour une question de qualité.